Contribution à l'étude de la leptospirose en Nouvelle-Calédonie : à propos de 149 cas confirmés

Résumé : Cette étude réalisée à partir des données épidémiologiques et cliniques recueillies par l'antenne du Centre National de Référence des Leptospires de l'Institut Pasteur de Nouméa, concernant tous les sujets atteints de leptospirose en 1989, et à partir des dossiers des patients hospitalisés au Centre Hospitalier Territorial de Nouméa, nous a permis de préciser le problème de la leptospirose humaine en Nouvelle-Calédonie. Avec 149 cas confirmés pendant la seule année 1989 nous disposons d'une série importante qui nous permet de définir les différents aspects épidémiologiques et cliniques que peut revêtir la maladie sur le Territoire. La leptospirose touche 58,3% des bovins en Nouvelle-Calédonie et le rat polynésien (Rattus exulans) pullule autour des habitations en brousse. D'autre part le climat chaud et humide et des périodes de fortes pluviométries favorisent largement la survie des leptospires dans le milieu extérieur, faisant de la leptospirose en Nouvelle-Calédonie une "maladie de l'environnement". Les hommes sont beaucoup plus touchés que les femmes, tandis que les enfants sont relativement épargnés par la maladie alors qu'ils semblent tous soumis au même risque de contamination environnemental. La tranche d'âge la plus exposée se situe entre 20 et 40 ans et il n'existe pas de relation entre l'âge et la gravité de la maladie. La courbe de la répartition mensuelle des cas suit celle de la pluviométrie, et la région la plus touchée correspond à la plus importante zone d'élevage du Territoire. La principale caractéristique clinique de la maladie sur le Territoire est son polymorphisme : En effet il nous a été impossible de dégager des symptômes plus fréquents que d'autres, et toutes les formes cliniques, fébriles ou apyrétiques, ictériques ou anictériques, avec ou sans signes rénaux, ont pu être observées. Parmi les patients hospitalisés au C.H.T de Nouméa la fréquence des signes cardiaques et digestifs est remarquable, ces derniers étant liés de manière significative à une augmentation des amylases sériques présente chez 50% des malades. Au total nous observons 41 % de formes graves, 26% de formes de gravité moyenne et 33% de formes mineures. Parmi les formes graves, hospitalisées au C.H.T., nous n'avons pas retrouvé de facteurs prédisposants (âge, pathologie associée) par rapport à l'ensemble des malades et il faut souligner l'absence de relation significative entre le sérogroupe Icterohaemorrhagiae et ces formes graves. L'ictère et la thrombopénie inférieure à 35 000 représentent des facteurs de gravité. Le traitement de la leptospirose par penicillinothérapie a fait la preuve de son efficacité même lorsqu'il est administré tardivement après le début des symptômes. Des mesures de prévention primaire ou tertiaire sont impossibles à mettre en œuvre dans un territoire où tout l'environnement est contaminé. Le vaccin actuellement utilisé dans certains pays n'est protecteur que vis-à-vis du sérogroupe Icterohaemorrhagiae, et 11 autres sérogroupes sont en circulation en Nouvelle-Calédonie. Avec un taux d'incidence de 0,9 pour 1000 habitants, et un taux de mortalité de 3,5 pour 100 000 habitants, la leptospirose représente un important problème de santé publique en Nouvelle-Calédonie. Une meilleure connaissance de l'épidémiologie et des différentes formes cliniques que peut revêtir la maladie devrait aboutir à une meilleure prise en charge des malades, avec administration précoce des antibiotiques, ce qui permettra de réduire l'incidence des formes graves et la mortalité imputable à cette maladie.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 1991
Liste complète des métadonnées

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01342730
Contributeur : Jean-Hugues Morneau <>
Soumis le : mercredi 6 juillet 2016 - 15:37:07
Dernière modification le : mercredi 20 septembre 2017 - 12:07:45
Document(s) archivé(s) le : vendredi 7 octobre 2016 - 13:47:10

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01342730, version 1

Citation

Anne Perrocheau. Contribution à l'étude de la leptospirose en Nouvelle-Calédonie : à propos de 149 cas confirmés. Médecine humaine et pathologie. 1991. 〈dumas-01342730〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

98

Téléchargements de fichiers

181