Vieillissement cellulaire : faits et théories

Résumé : Depuis de nombreuses années, des questions se posent sur le processus du vieillissement qui semble inéluctable : est-il inscrit dans nos gènes ? , ou est-il du à l'usure de l'organisme sous l'effet des agressions répétées de l'environnement ? Il paraît évident aujourd'hui de considérer que l'origine de ce phénomène fait intervenir de multiples facteurs. Il faut retenir notamment : - le rôle primordial des radicaux libres du fait des dommages moléculaires et cellulaires qu'ils produisent ; - l'activation, l'inhibition, les mutations ou simplement l'expression de certains gènes ; - le déclin de l'activité des mitochondries, organites producteurs d'énergie. Les études réalisées au cœur même de la cellule contribuent à éclaircir le mécanisme global et complexe au niveau de l'organisme entier. Les progrès de la génétique apportent sans cesse de nouveaux éléments. Grâce à des techniques de recherches de plus en plus perfectionnées, de nouvelles hypothèses sont proposées. De plus, un certain nombre de pathologies peuvent être considérées comme des modèles du processus de vieillissement et les recherches sur ces maladies apportent des éléments pour comprendre les mécanismes mis en jeu. Parmi les études à grande échelle en cours, nous pouvons citer : - "EUCAMBIS", un programme européen d'identification des gènes exprimés par les cellules T sénescentes (European Union Concerted Action on Molecular Biology of Immuno Senescence, coordonnée par le Dr. Graham Pawelec, Clinique médicale universitaire, Tübingen, Allemagne) ; - en France, l'étude des gènes des centenaires réalisée par le Centre d' Etude du Polymorphisme Humain (CEPH Paris) ; - "SUVIMAX", étude française de l'impact d'une supplémentation antioxydante sur la prévention de grandes pathologies (Coordinateur : Hercberg S.). Va-t-on pouvoir ainsi repousser les limites de la vie ? L'importance de ces recherches est essentiellement, comme le dit une devise de nombreux gérontologues : "d'ajouter des années à la vie et de la vie aux années". Dans nos sociétés actuelles, on remarque le souci de vivre plus longtemps mais aussi de paraître moins vieux. Ainsi, les résultats apportés dans le domaine du vieillissement cellulaire sont en général rapidement "exploités" dans des domaines tels que la cosmétologie et la diététique. On peut en effet observer sur le marché de nombreux produits qualifiés "d'anti-vieillissement", "anti-âge", "anti-oxydants", "anti radicalaires".... Mais au-delà de ces "soucis d'ordre esthétique", il faut retenir que les progrès dans la compréhension des mécanismes cellulaires font avancer les connaissances concernant de nombreuses maladies. Connaissance, donc mise au point possible de moyens préventifs et de traitements de ces pathologies. Parmi elles, les pathologies qui sont des conséquences du processus de vieillissement : maladies cardiovasculaires, diabète, ostéoporose, démences.... mais aussi, les maladies touchant l'ensemble de la population, comme par exemple le cancer. Ainsi, les études concernant la prolifération cellulaire apportent d'une part de nouvelles données expliquant la sénescence et d'autre part, ouvrent des voies de recherche en cancérologie.
Type de document :
Mémoires
Sciences pharmaceutiques. 1998
Liste complète des métadonnées

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01342929
Contributeur : Jean-Hugues Morneau <>
Soumis le : lundi 19 septembre 2016 - 09:16:56
Dernière modification le : mercredi 23 août 2017 - 16:33:24
Document(s) archivé(s) le : jeudi 22 décembre 2016 - 09:56:41

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01342929, version 1

Citation

Cendrine Buder. Vieillissement cellulaire : faits et théories. Sciences pharmaceutiques. 1998. 〈dumas-01342929〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

128

Téléchargements de fichiers

1383