« Je mets un point parce que c'est la fin ». L'arrêt de la prise en soin en psychomotricité : réflexion sur la conclusion du suivi psychomoteur et sur le moment de l'arrêt

Résumé : Comment le psychomotricien pense l'évolution du suivi psychomoteur et en appréhende l'arrêt ? Cette question est le fil conducteur de ce mémoire. À travers ce mémoire, j'ai constaté l'importance de considérer le soin comme un éternel mouvement dans lequel l'arrêt instaure une rupture. Cet écrit m'a permis de comprendre l'importance de penser le soin pour un vécu structurant de l'arrêt. La relation étant primordiale en psychomotricité, j'ai pu interroger le « adé-nouage » de celle-ci. Au final, j'ai constaté qu'il y avait autant de forme d'arrêt de soin psychomoteur que de psychomotricien. Donc, la durée du soin est tout aussi dépendante de cette individualité. Donc, au final, notre façon de concevoir l'arrêt du soin est tout aussi importante que notre façon d'en concevoir le départ.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2016
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [4 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01347213
Contributeur : Brigitte Tauzin-Fin <>
Soumis le : mercredi 20 juillet 2016 - 15:53:38
Dernière modification le : mercredi 23 août 2017 - 16:41:26

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01347213, version 1

Collections

Citation

Adeline Gillet. « Je mets un point parce que c'est la fin ». L'arrêt de la prise en soin en psychomotricité : réflexion sur la conclusion du suivi psychomoteur et sur le moment de l'arrêt. Médecine humaine et pathologie. 2016. 〈dumas-01347213〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

187

Téléchargements de fichiers

132