Lumière naturelle et artifices de lumière. L’approche de la lumière naturaliste au cinéma

Résumé : Alors que certains courants artistiques modernes du 19e siècle se tournent vers l’expression du réel et du temps présent, naissent successivement deux nouveaux langages par l’image : la photographie, puis le cinéma. En tant que nouvelle forme de représentation, mais surtout en tant qu’enregistrement mécanique et photosensible du réel, le cinéma, comme la photographie, s’est construit sur une relation ambiguë avec la réalité. Mais tous les langages cinématographiques, qu’ils soient documentaires, expérimentaux, fictionnels, etc., ont en commun un même « impératif » : composer avec la lumière. Cette étude se penche en particulier sur la « lumière naturaliste » dans le cinéma de fiction, parce qu’elle révèle, selon moi, la mission singulière du directeur de la photographie, pris entre volonté artistique et choix techniques : comment produire, avec les « artifices » propres au langage et aux outils cinématographiques, un « effet de réel » ? Le dictionnaire Larousse propose cette définition du naturalisme : « dans les Arts, une imitation exacte de la nature s’opposant tant à la stylisation qu’à l’idéalisme et au symbolisme ». Comment se traduit le naturalisme au cinéma ? Historiquement, cette problématique est apparue en réaction avec le cinéma hollywoodien et ses codes figés : ces nouveaux cinéastes fuient ses artifices, s’intéressent à leur monde contemporain, s’approprient le réel. Le Dogme 95, par exemple, est probablement le plus radical… Une première partie dresse un bref panorama des fondements historiques du naturalisme au cinéma, en s’appuyant sur ceux de la peinture, autour de la question cruciale de la mimesis. À l’issue de ce parallèle, une première série de définitions est esquissée au travers du regard de chefs opérateurs, qui ont été inventifs et déterminants dans la manipulation de moyens – artificiels et/ou naturels - pour obtenir une lumière « naturaliste » à l’écran. Dans une seconde partie, afin d’affiner cette définition, vient l’analyse de quelques situations paradoxales d’éclairage. Comment, par exemple, réaliser une séquence extérieure nuit en campagne de manière naturaliste ? Recréer une lune, utiliser la Nuit Américaine ? Pousser les limites de la sensibilité de la caméra en basses lumières pour parvenir à capter la lumière nocturne ? Pour finir, à la suite de cette étude de cas, j’ouvre la question vers les principales approches contemporaines de la lumière naturaliste en revenant sur ces directeurs de la photographie : Pierre Aïm, Claire Mathon, Céline Bozon, Stéphane Cami, Caroline Champetier, ou encore Éric Gautier. Ils révèlent les différentes approches techniques et artistiques utilisées au cours de leur carrière selon les projets : refuser les artifices de lumière ? Masquer le soleil pour tout recréer ? Trouver un équilibre ? Ces questions se renouvellent à chaque film…
Type de document :
Mémoires
Sciences de l'ingénieur [physics]. 2016
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [2 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01357266
Contributeur : Satis Amu <>
Soumis le : lundi 29 août 2016 - 15:16:34
Dernière modification le : mercredi 23 août 2017 - 16:34:10
Document(s) archivé(s) le : mercredi 30 novembre 2016 - 14:55:36

Licence


Copyright (Tous droits réservés)

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01357266, version 1

Citation

Zoé Delomosne. Lumière naturelle et artifices de lumière. L’approche de la lumière naturaliste au cinéma. Sciences de l'ingénieur [physics]. 2016. 〈dumas-01357266〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

320

Téléchargements de fichiers

998