« Un pied de chaque côté du périph’ » : manifestations spatiales et résidentielles de la mobilité sociale ascendante

Résumé : La mobilité sociale est un sujet classique en sociologie, et de nombreux auteurs ont établi ses déterminants et évalué le degré de fluidité de nos sociétés. Toutefois, les conséquences de ces mobilités, notamment au niveau individuel, ont été plus rarement étudiées. Quelques rares travaux ont cherché à rendre compte de l’expérience individuelle de la mobilité sociale, notamment ascendante, et de ses conséquences pour les individus concernés. Cependant, la dimension résidentielle et spatiale de cette expérience y est anecdotique, voire absente. Pourtant, les choix résidentiels et les perceptions des lieux de résidence ne sont pas socialement neutres. Les individus mobiles ascendants, par leurs expériences sociales contrastées, ont connu des lieux de vie et de résidence socialement différents. Nous nous intéressons ici à ces expériences et à leur lien avec celle de la mobilité ascendante. Parallèlement, on se demande quels sont les choix résidentiels de ces individus, appartenant à présent aux catégories sociales supérieures mais étant issus de milieux populaires. Cherchent-ils à conforter leur nouvelle position sociale en choisissant un lieu de résidence traditionnellement associé aux catégories supérieures ? Ou désirent-ils au contraire conserver un lien avec leur milieu d’origine en choisissant des espaces plus « populaires » ou encore plus « mélangés » ? On cherche alors à établir le lien entre les différentes postures et attitudes qui peuvent être adoptées par les individus face à leur mobilité sociale (volonté d’assimilation au nouveau groupe social, attachement au milieu d’origine et rejet des normes et valeurs du nouveau groupe, etc.) et les choix résidentiels. Les individus étudiés sont âgés de 25 à 36 ans et sont issus de quartiers populaires de la banlieue parisienne. Les dynamiques résidentielles et spatiales sont particulièrement saillantes dans les récits de ces individus pour qui le quartier d’origine est souvent conçu comme un élément d’identification fort, une composante à part entière du « milieu » d’origine, qui se réfère à la fois à une origine sociale mais également à une origine géographique. À partir d’entretiens biographiques approfondis et de données sur les lieux de résidence successifs des enquêtés, on met en évidence l’influence de deux ensembles de facteurs qui vont contribuer à forger une attitude spécifique envers le quartier d’origine et le parcours de mobilité ascendante, et à déterminer des choix résidentiels spécifiques. Le premier ensemble de facteurs correspond aux origines sociales, à savoir le degré de mobilité sociale ainsi que la présence d’origines immigrées. Le second ensemble de facteurs à prendre en compte est les trajectoires, c’est-à-dire les expériences résidentielles, scolaires, professionnelles, qui vont également avoir leur influence sur les postures adoptées par les enquêtés. À partir de ces éléments, on dégage trois types idéaux d’attitudes parmi nos enquêtés : les « distanciés », les « passeurs » et les « attachés ». Les choix résidentiels sont alors une manifestation de ces attitudes, qui ont elles-mêmes été influencées par des expériences résidentielles spécifiques durant l’enfance. La dimension spatiale et résidentielle est donc bien présente dans les récits de vie, et a des effets variés sur l’expérience individuelle de la mobilité ascendante. On se rend alors compte que cette dimension est essentielle à la compréhension de ces expériences individuelles. Elle est indissociable des récits biographiques recueillis, et s’entremêle aux dimensions sociales, scolaires et professionnelles. Ce travail constitue donc également un plaidoyer pour la prise en compte plus systématique des dimensions spatiales et résidentielles dans les récits de vie.
Type de document :
Mémoires
Sociologie. 2016
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [26 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01360092
Contributeur : Bernard Corminboeuf <>
Soumis le : lundi 5 septembre 2016 - 13:02:00
Dernière modification le : jeudi 11 janvier 2018 - 06:17:37
Document(s) archivé(s) le : mardi 6 décembre 2016 - 12:51:37

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01360092, version 1

Collections

Citation

Loïs Vieillefosse. « Un pied de chaque côté du périph’ » : manifestations spatiales et résidentielles de la mobilité sociale ascendante. Sociologie. 2016. 〈dumas-01360092〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

202

Téléchargements de fichiers

95