Fractures de l'extrémité distale du radius ostéosynthésées par plaque antérieure verrouillée : étude prospective de 81 patients

Résumé : Introduction : Les fractures de l’extrémité distale du radius sont fréquentes. La perte secondaire de réduction après ostéosynthèse est une complication fréquente. L'ostéosynthèse par plaque antérieure verrouillée serait une alternative fiable. Une étude de cohorte a été mise en oeuvre pour évaluer le résultat fonctionnel et radiologique du traitement par plaque antérieure verrouillée des fractures de l’extrémité distale du radius. Matériel et méthode : Entre mai 2013 et mai 2015, nous avons pris en charge 110 patients présentant une fracture de l’extrémité distale du radius récente par plaque antérieure verrouillée. Le protocole était identique dans chaque cas : ostéosynthèse via une voie d’abord antérieure de Henry, utilisation d’une plaque Aptus Distal Radius 2,5 (Medartis®) et mobilisation précoce dès le 15e jour. Les patients étaient revus à J0, J45, J90, J180 et à 1 an. Les patients dont le suivi était incomplet ont été exclus. Le critère de jugement principal était la différence entre les évaluations à J0 et à J90 de la pente radiale frontale, de l’antéversion de la glène radiale et de l’index radio-ulnaire. L’analyse clinique comprenait la mesure des mobilités articulaires et l’évaluation de la force du poignet par rapport au côté controlatéral. Deux scores fonctionnels ont été utilisés : le Quick-Disabilities of the Arm Shoulder and Hand (Quick-DASH) et le Patient-Rated Wrist Evaluation (PRWE). Résultats : Nous avons inclus 81 patients (59 femmes, 22 hommes). L’âge moyen au moment de l’intervention était de 63 ans (de 25 à 94 ans). Il n’y avait pas de différence significative entre les évaluations radiologiques à J0 et à J90 concernant la pente et l’antéversion radiales. En revanche, nous avons noté une différence statistiquement significative (p=0,013) concernant l’index radio ulnaire moyen (-0,2 mm à J0 et +0,14 mm à J90). Les critères de jugement cliniques se sont améliorés de façon significative à chaque échéance du suivi postopératoire. À un an, la force moyenne du poignet était de 80,9% par rapport au coté sain et les scores moyens Quick-DASH et PRWE étaient respectivement de 22,2/100 (écart type 22,12 (0:81,8)) et de 16,8/100 (écart type 19,77 (0:80)). Conclusion : Les plaques antérieures verrouillées représentent un moyen d’ostéosynthèse avec un excellent résultat fonctionnel dans la prise en charge des fractures de l’extrémité distale du radius. Néanmoins, le risque de perte de réduction n’est pas entièrement écarté.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2016
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [114 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01366714
Contributeur : Hélène Weens <>
Soumis le : jeudi 15 septembre 2016 - 11:23:41
Dernière modification le : mercredi 23 août 2017 - 16:33:33
Document(s) archivé(s) le : vendredi 16 décembre 2016 - 13:40:06

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01366714, version 1

Collections

Citation

Stenley Lippmann. Fractures de l'extrémité distale du radius ostéosynthésées par plaque antérieure verrouillée : étude prospective de 81 patients. Médecine humaine et pathologie. 2016. 〈dumas-01366714〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

32

Téléchargements de fichiers

130