Les facteurs déterminant l'hospitalisation aux urgences par les médecins généralistes niçois des patients en fin de vie à domicile

Résumé : Selon un sondage IFOP de 2010, 81% des français déclarent vouloir "passer leurs derniers instants chez eux" or seulement 25% de l’ensemble des décès surviennent au domicile. Ces patients sont souvent adressés à l’hôpital par un médecin généraliste via le service des urgences. Entre 17 et 35% des décès aux urgences concernaient des situations palliatives terminales. Or, les urgences ne sont pas un lieu adapté à l’accompagnement de fin de vie. L’objectif principal de cette étude est de déterminer les facteurs d’hospitalisation aux urgences par les médecins généralistes niçois des patients en fin de vie.
Matériel et méthode :
Cette étude prospective, qualitative, observationnelle a été menée auprès de médecins généralistes de la ville de Nice par entretiens individuels enregistrés entre octobre 2015 et mars 2016. Les critères d’inclusion sont des médecins généralistes libéraux non remplaçants installés en cabinet, pratiquant des visites à domicile. Une analyse thématique a été ensuite réalisée à partir de l’intégralité des entretiens. Dix entretiens ont été nécessaires pour obtenir la saturation de donnée.
Résultats :
Les hospitalisations sont dues à l’apparition d’un symptôme incontrôlable par l’absence de thérapeutique disponible à domicile, associé à des facteurs psycho-sociaux induisant une rupture de l’équilibre du domicile (la peur de la mort à domicile et le refus de la gérer la fin de vie par la famille, l’isolement et le domicile inapproprié). Le médecin adresse son patient aux urgences pour la prise en charge des symptômes. On retrouve parmi les critères d’hospitalisation des demandes que l’on qualifiera d’appropriées. C’est le seul service de permanence des soins où se réalise la prise en charge habituelle du symptôme en dehors du contexte palliatif. Ce lieu permet de lever un doute diagnostique grâce aux examens paracliniques et on y trouve le matériel et le personnel formé aux situations d’urgences. Par ailleurs, on retrouve des demandes inappropriées des médecins généraliste. C’est un service par défaut considéré comme la porte d’entrée de l’hôpital mais aussi comme lieu de prise en charge des situations complexes. Cependant, lorsque le médecin essaye d’avoir recours à une entrée directe, il se heurte fréquemment au refus des services. Lorsque les médecins interrogés expriment des sentiments positifs vis-à-vis des accompagnements de fin de vie à domicile, cela concerne des situations où ils ont été aidés par une équipe transversale de soins palliatifs. On retrouve des difficultés des médecins pour anticiper les urgences des situations de fin de vie à domicile en lien avec un manque de connaissance en soins palliatifs et dans les structures de soins à domicile.
Discussion :
L’ensemble des entretiens nous a permis de comprendre que l’équilibre du maintien à domicile est souvent précaire. Ceci est dû principalement à la famille qui n’est pas souvent suffisamment préparée et soutenue pour supporter l’accompagnement d’un proche en fin de vie au sein du domicile et donc s’épuise. Les médecins généralistes doivent composer avec cette variable tout en respectant les souhaits de leurs patients en fonction de leurs connaissances notamment en soins palliatifs. Ils s’adaptent tout en ayant des contraintes de temps et de disponibilité inhérentes à l’activité libérale. Cependant, on retrouve qu’ils font peu voire pas appel, par manque de connaissances ou suite à une mauvaise expérience, à des équipes expertes en soins palliatifs qui pourraient les soulager dans l’organisation du domicile, l’accompagnement de la famille et des soignants et l’anticipation des situations pouvant mener à une hospitalisation.
Conclusion :
L’altération de la permanence des soins libéraux, la difficulté à trouver un lit d’aval et la faible accessibilité aux spécialités à l’hôpital expliquent la prise en charge croissante des fins de vie par les services d’urgence. Ainsi, à l’heure actuelle, la recherche d’une solution à ces hospitalisations non souhaitables est l’un des axes de réflexion clé de l’ARS qui va être creusé par les acteurs spécialisés de la région dans les mois à venir.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2016
Liste complète des métadonnées

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01367713
Contributeur : Bibliothèque Universitaire De Médecine de Nice <>
Soumis le : vendredi 16 septembre 2016 - 15:35:21
Dernière modification le : jeudi 11 janvier 2018 - 16:46:43
Document(s) archivé(s) le : samedi 17 décembre 2016 - 14:20:06

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01367713, version 1

Citation

Agnès Rollet. Les facteurs déterminant l'hospitalisation aux urgences par les médecins généralistes niçois des patients en fin de vie à domicile. Médecine humaine et pathologie. 2016. 〈dumas-01367713〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

115

Téléchargements de fichiers

73