Corrélation entre syndrome anxio-dépressif et pathologies cardiaques: étude quantitative sur la prévalence des syndromes anxieux et dépressifs après un événement cardiologique aigu à court et moyen terme à l'aide de l'échelle HAD

Résumé : Introduction :
Le syndrome anxiodépressif est reconnu comme étant un facteur de risque cardiaque à part entière. Les patients ayant une atteinte cardiaque semblent plus à risque que la population générale d’en développer un. Pourtant, malgré leurs prévalences, ces maladies psychiques sont mal dépistées, et donc mal traitées, ce qui aggrave potentiellement le pronostic cardiaque des patients. Le but de cette étude était de dresser un état des lieux de la prévalence des syndromes anxieux et dépressifs après un évènement cardiaque aigu, et si possible, de dresser le profil des patients les plus à risque pour faciliter le dépistage.
Matériel et méthodes :
Nous avons réalisé une enquête quantitative, transversale, sur 137 patients ayant intégré le centre de rééducation cardiovasculaire de la Chènevière immédiatement après leur événement aigu. L’évaluation a été faite à l’aide de l’échelle HAD à l’entrée du centre, puis à 3 mois de l’événement aigu, bien après le retour à domicile. Les 137 patients ont été répartis en 4 groupes, les coronariens, les valvulaires, les insuffisants cardiaques et les autres. L’échelle HAD est un outil simple et rapide, de type autoquestionnaire, déjà utilisé dans d’autres études, pour évaluer la présence d’un syndrome anxieux, ou dépressif, et permet d’en évaluer la sévérité. L’analyse statistique a été faite en considérant les valeurs de p strictement inferieures à 0.05 comme étant significatives. Les associations entre les variables catégorielles ont été testées par le test de Chi-2. Les associations entre les scores d’anxiété, de dépression et les événements cardiologiques ont été testées par le test de Wilcoxon, et le test de Student.
Résultats :
49% des patients sont anxieux dans le mois qui suit l’évènement cardiologique aigu, 27% l’est toujours à 3 mois, ce qui constitue une amélioration statistiquement significative. 35% sont dépressifs dans le mois qui suit l’évènement cardiologique aigu, 24% l’est toujours à 3 mois. Lorsqu’ils sont comparés entre eux, les patients coronariens ont des scores d’anxiété et de dépression à 3 mois moins élevés par rapport aux patients non coronariens de l’échantillon. La baisse du nombre de coronariens et d’insuffisants cardiaques atteints d’anxiété était significative. La baisse du nombre de coronariens atteints de dépression était significative.
Discussion :
Les taux de prévalence observés de l’anxiété et de la dépression sont respectivement 3 fois et 2 fois plus élevés que ceux de la population générale. Les patients valvulaires ou insuffisants cardiaques sont plus déprimés et anxieux à 3 mois de l’événement aigu que les coronariens. Nous espérons dans ce contexte sensibiliser les médecins généralistes (MG) et les cardiologues sur la nécessité de dépister, de manière simple et rapide, les troubles anxiodépressifs chez ces patients, dans le cadre préventif avant tout, ce d’autant plus que, le MG occupe un rôle essentiel dans le dépistage des maladies anxieuses et dépressives.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2016
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [51 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01370452
Contributeur : Bibliothèque Universitaire De Médecine de Nice <>
Soumis le : jeudi 22 septembre 2016 - 15:39:07
Dernière modification le : jeudi 11 janvier 2018 - 16:33:02

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01370452, version 1

Citation

Rafaël Gable. Corrélation entre syndrome anxio-dépressif et pathologies cardiaques: étude quantitative sur la prévalence des syndromes anxieux et dépressifs après un événement cardiologique aigu à court et moyen terme à l'aide de l'échelle HAD. Médecine humaine et pathologie. 2016. 〈dumas-01370452〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

246

Téléchargements de fichiers

740