Néphropathie à BK virus et rejet aigu cellulaire‎ : étude morphologique et analyse immunophénotypique de l'infiltrat inflammatoire

Résumé : La néphropathie à BK virus (PyVAN) est une complication sévère de la transplantation rénale pouvant aboutir à la perte du greffon. Le diagnostic précoce d'une virémie BK virus et la baisse rapide de l'immunosuppression peuvent néanmoins prévenir l'évolution défavorable d'une PyVAN. Compte tenu de la présence possible de lésions de tubulite et d'un infiltrat inflammatoire mononucléé interstitiel, la question du diagnostic différentiel entre une PyVAN et un rejet aigu cellulaire (RAC) se pose fréquemment en pathologie de la transplantation rénale. Il apparait donc essentiel de définir des critères histologiques qui permettent de différencier ces deux pathologies, dont les prises en charge sont diamétralement opposées. Matériel et méthodes : Notre étude est rétrospective, analytique et compare une population de transplantés rénaux ayant présenté une PyVAN avec lésions tubulaires et interstitielles modérées/sévères à une population de transplantés rénaux ayant présenté un épisode de RAC, dans les deux années suivant la greffe. En complément des analyses épidémiologique et histologique, des analyses en immunohistochimie sont effectuées afin de caractériser et quantifier les différentes populations leucocytaires. Résultats : Treize patients avec des lésions de PyVAN, correspondant à 15 biopsies, et 19 patients avec des lésions de RAC ont été inclus. L'âge moyen au moment de la biopsie était de 54,2 ans dans le groupe PyVAN contre 46,5 ans dans le groupe RAC. Dans les deux groupes, les biopsies rénales ont majoritairement été réalisées suite à une dégradation de la fonction rénale avec délai moyen entre la greffe et la biopsie de 8,7 mois dans le groupe PyVAN et de 9,3 mois dans le groupe RAC. Le traitement immunosuppresseur de fond a été diminué avant la réalisation de la biopsie pour 10 patients du groupe PyVAN et 2 patients du groupe RAC. Les deux groupes étaient comparables sur l'ensemble des critères à l'exception de la fibrose interstitielle et de l'atrophie tubulaire qui étaient plus marquées dans le groupe PyVAN. Des images d'inclusion virale étaient observées sur 10 biopsies de PyVAN. L'infestation virale était confirmée par technique complémentaire dans 8 cas. Les macrophages et les lymphocytes B sont proportionnellement également représentés dans les groupes PyVAN et RAC. Par contre, la population plasmocytaire est significativement plus représentée au sein de l'infiltrat inflammatoire du groupe PyVAN (25,49 % vs 5,78 %, p < 0,0001) tandis que la population lymphocytaire T est plus représentée au sein de l'infiltrat du groupe RAC (40,9 % vs 51,76 %, p = 0,0093). À la fin du suivi, 5 patients du groupe PyVAN et 3 patients du groupe RAC avaient perdu leur greffon. Conclusion : La présence d'un infiltrat riche en plasmocytes sur la biopsie nous semble être un critère en faveur du diagnostic de PyVAN plutôt que de RAC montant que l'apport de l' immunohistochimie peut s'avérer utile. Il reste cependant essentiel de prendre en compte le contexte thérapeutique et clinique au moment de la biopsie, celle-ci étant souvent réalisée après une baisse de l'immunosuppression.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2016
Liste complète des métadonnées

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01371598
Contributeur : Bibliothèque Universitaire Rouen <>
Soumis le : lundi 26 septembre 2016 - 11:23:17
Dernière modification le : mardi 5 juin 2018 - 10:14:34
Document(s) archivé(s) le : mardi 27 décembre 2016 - 13:13:05

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01371598, version 1

Citation

Hélène Chiavelli. Néphropathie à BK virus et rejet aigu cellulaire‎ : étude morphologique et analyse immunophénotypique de l'infiltrat inflammatoire. Médecine humaine et pathologie. 2016. 〈dumas-01371598〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

78

Téléchargements de fichiers

47