Syndrome néphrotique idiopathique : caractéristiques et identification des facteurs prédictifs d’évolution

Résumé : Introduction : le syndrome néphrotique, défini par une protéinurie > 3 g/j et une albuminémie < 30 g/l, englobe plusieurs entités histologiques dont les lésions glomérulaires minimes (LGM) et la hyalinose segmentaire et focale (HSF) qui font l’objet de cette étude. Le syndrome néphrotique idiopathique représente 15 à 30% des glomérulopathies de l’adulte. Il est cependant mal caractérisé dans la littérature, avec une physiopathologie partiellement incomprise et une évolution difficilement prédictible. Patients et méthodes : nous avons réalisé une étude de cohorte rétrospective multicentrique descriptive. Nous avons inclus tous les patients de 15 ans et plus ayant eu une biopsie de rein propre entre janvier 2007 et décembre 2014 dont la présentation histologique permettait de conclure à un syndrome néphrotique à lésions glomérulaires minimes ou hyalinose segmentaire et focale, en Aquitaine. Étaient exclus les biopsies de greffon rénal et les patients avec un suivi inférieur à 2 mois. Résultats : nous avons étudié 97 LGM idiopathiques avec un âge médian de 47 ans. 91,7% des patients ont reçu une corticothérapie avec une durée médiane cumulée de 13 mois. Sur un suivi médian de 45 mois, 92,8% des patients sont entrés en rémission, 45,5% ont rechuté après un délai médian de 7 mois. Nous n’avons pas observé d’association statistique entre la présentation clinique et biologique initiale et la survenue des rechutes. 5% des patients ont évolué vers la maladie rénale terminale. Nous avons observé 11% de diabète cortico-induit. Parallèlement, nous avons étudié 68 HSF idiopathiques avec un âge médian de 57 ans. 51,5% des patients ont reçu une corticothérapie avec une durée médiane cumulée de 15 mois. Sur un suivi médian de 66 mois, 73,5% des patients sont entrés en rémission, 20% ont rechuté après un délai médian de 14,5 mois. Nous n’avons pas observé d’association statistique entre la présentation clinique et biologique initiale et la survenue des rechutes. 26,5% des patients ont évolué vers la maladie rénale terminale. Nous avons observé 11,4% de diabète cortico-induit. Conclusion : notre étude décrit une cohorte française de syndromes néphrotiques idiopathiques à LGM et HSF chez l’adulte. Cette étude souligne la nécessité d’initier de nouveaux travaux multicentriques prospectifs à la recherche de nouveaux facteurs pronostics.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2016
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [150 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01390076
Contributeur : Bu Carreire Université de Bordeaux <>
Soumis le : lundi 31 octobre 2016 - 15:36:33
Dernière modification le : mercredi 23 août 2017 - 16:34:01

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01390076, version 1

Collections

Citation

Charlotte Mannat Dumas de La Roque. Syndrome néphrotique idiopathique : caractéristiques et identification des facteurs prédictifs d’évolution . Médecine humaine et pathologie. 2016. 〈dumas-01390076〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

88

Téléchargements de fichiers

440