Concentrations d’infliximab dans le sang et les selles au cours de la poussée grave de rectocolite hémorragique selon l’existence de signes endoscopiques de gravité : étude cas-témoin PHAKIR

Résumé : Introduction : Des données récentes suggèrent que l’excrétion fécale précoce d’infliximab (IFX) dans la poussée sévère de rectocolite hémorragique (RCH) serait associée à une mauvaise réponse au traitement. L’existence de signes endoscopiques de gravité (SEG) que sont les ulcérations en puits, la mise à nu de la musculeuse et les décollements muqueux pourrait favoriser la fuite fécale du médicament. Objectif : Déterminer s’il existe une association entre la présence de SEG dans les formes sévères de RCH et les taux plasmatiques ou fécaux d’IFX. Méthodes : Il s’agit d’une étude cas-témoin, observationnelle (avec collection d’échantillons biologiques), prospective, bicentrique recrutant consécutivement tous les patients hospitalisés pour une poussée sévère de RCH nécessitant un traitement d’induction par IFX. Les cas étaient les malades ayant des SEG sur l'endoscopie initiale. Les taux sériques d’IFX étaient mesurés à J0, J1, J2 et les taux fécaux à J0, J1, J2 et J14. L’objectif principal de notre étude était double : comparer la détection d’IFX dans les selles à J1 et/ou J2 entre cas et témoins ; comparer les taux sériques d’IFX à J1 et J2 entre cas et témoins. Résultats : Entre février 2015 et juillet 2016, 16 patients ont été inclus (10 hommes ; âge médian 49 ans). Après exclusion d’un patient (données pharmacologiques insuffisantes), 6 patients avaient des SEG à l’inclusion et 9 n’en avaient pas. Il était possible de détecter de l’IFX dans les selles à J1 et/ou J2 chez 2/6 (33 %) des cas et 4/9 (44 %) des témoins (OR = 0,6 ; IC95 % [0,03 – 7,9] ; p=1). Aucune différence n’était observée entre les deux groupes concernant les taux plasmatiques d’IFX à J1 ou J2. À J98, 3/6 (50 %) cas et 1/9 (11 %) témoins avaient été colectomisés. Conclusion : Dans un groupe de patients hospitalisés pour une poussée sévère de RCH traitée par IFX, la présence de SEG n’était pas associée à la détection d’IFX dans les selles ni à des taux sériques précoces d’IFX plus bas.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2016
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [83 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01391104
Contributeur : Bu Carreire Université de Bordeaux <>
Soumis le : mercredi 2 novembre 2016 - 18:17:01
Dernière modification le : mercredi 23 août 2017 - 16:41:07
Document(s) archivé(s) le : vendredi 3 février 2017 - 15:18:10

Fichier

 Accès restreint
Fichier visible le : 2018-10-12

Connectez-vous pour demander l'accès au fichier

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01391104, version 1

Collections

Citation

Dorothée Nivet. Concentrations d’infliximab dans le sang et les selles au cours de la poussée grave de rectocolite hémorragique selon l’existence de signes endoscopiques de gravité : étude cas-témoin PHAKIR. Médecine humaine et pathologie. 2016. 〈dumas-01391104〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

38