Tumeurs parotidiennes et séquences fonctionnelles : quand sont-elles utiles ?

Résumé : Introduction : L’objectif de ce travail est de déterminer l’apport diagnostique de l’IRM et d’indiquer la place des séquences de diffusion et de perfusion dans la caractérisation des tumeurs parotidiennes. Matériels et méthodes : Cette étude rétrospective impliquait 45 tumeurs parotidiennes ayant bénéficié d’une IRM pré-opératoire et d’une parotidectomie entre janvier 2008 et avril 2016 au CHU d’Amiens. Le protocole d’acquisition identique comprenait des séquences pondérées T1, T2, T1 avec saturation du signal de la graisse après injection, diffusion et dynamique de perfusion. Deux lecteurs, en aveugle des informations cliniques et des données histolopathologiques, ont interprété de manière consensuelle les images. La topographie, la taille, le type de contours, le signal en T1, le signal en T2, la présence d’une extension aux parties molles adjacentes, d’adénopathie(s) et la présence d’une extension à la partie pré-glandulaire du facial ont été notés. Le rapport de coefficient apparent de diffusion (rCDA) et le type de courbe intensité-temps (TIC) ont été rapportés. Résultats : Dans environ 62 % des cas, l’analyse isolée des critères morphologiques a permis de déterminer avec certitude l’histologie de la tumeur. Dans notre étude, les aspects typiques des tumeurs parotidiennes ont eu pour signes pathognomoniques : l’hyperintensité T2 identique au LCS pour l’adénome pléomorphe (se = 63.6 %), la présence de spots hyperintenseS en T1 pour la tumeur de Warthin (se = 77.8 %) et la présence de contours mal définis pour les tumeurs malignes (se = 58.3 %). Le seuil de rCDA de 1.3 était le plus approprié pour différencier les adénomes pléomorphes des tumeurs malignes et de Warthin (se = 90.48, sp = 86.36, p =0.006). La caractérisation tumorale grâce à la séquence de perfusion n’était pas parfaite, les spécificités respectives pour les diagnostics d’adénomes pléomorphes, de tumeurs de Warthin et de tumeurs malignes étaient de 95.7 %, 94.4 % et 84.9 %. L’analyse combinée des séquences fonctionnelles s’est avérée intéressante pour les tumeurs de contours réguliers ou lobulés, hypointenses ou intermédiaires en T2, sans spots hyperintenses en T1 (n = 17). L’étude des TIC et du rCDA a permis dans ces tumeurs de poser un diagnostic histologique juste dans 82.4 % des cas. Conclusion : L’IRM est un outil indispensable au bilan pré-opératoire des tumeurs parotidiennes. Les séquences fonctionnelles améliorent la précision diagnostique dans la caractérisation des tumeurs dont l’aspect morphologique est atypique.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2016
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [33 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01393351
Contributeur : Bu Santé Upjv <>
Soumis le : lundi 7 novembre 2016 - 12:24:38
Dernière modification le : mercredi 23 août 2017 - 16:30:51
Document(s) archivé(s) le : mercredi 8 février 2017 - 14:01:52

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01393351, version 1

Collections

Citation

Mathieu Bauvois. Tumeurs parotidiennes et séquences fonctionnelles : quand sont-elles utiles ?. Médecine humaine et pathologie. 2016. 〈dumas-01393351〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

31

Téléchargements de fichiers

430