Risque infectieux chez les patients atteints de polyarthrite rhumatoïde, traités par Tocilizumab ou un autre traitement de fond biologique en relais du Rituximab : étude rétrospective observationnelle multicentrique sur 157 patients

Résumé : Introduction : Les infections sont un enjeu majeur de la prise en charge des patients atteints de polyarthrite rhumatoïde. Notre étude avait pour but de comparer l’incidence des infections sévères chez les patients atteints de polyarthrite rhumatoide (PR) sous tocilizumab par rapport aux autres biothérapies. Méthodes : Notre étude rétrospective observationnelle menée dans 5 services universitaires de rhumatologie entre juillet 2006 et juillet 2016, incluait des patients majeurs, diagnostiqués PR selon les critères ACR/EULAR 2010, traités par au moins une cure de rituximab puis par une autre biothérapie dans les 18 mois. Le critère de jugement principal était l’incidence des infections sévères sous tocilizumab par rapport aux autres biothérapies. Résultats : Nous avons inclus 157 patients : 42 sous tocilizumab et 115 sous une autre biothérapie. Les caractéristiques à l’inclusion étaient similaires entre les 2 groupes, tout comme l’incidence des infections sévères (15 et 9 pour 100 patients-années (PA) respectivement, p=0,14). L’incidence des infections non sévères était plus élevée sous tocilizumab (respectivement 94 et 43 pour 100 PA, p=10-4). Les principaux types d’infection étaient respiratoires (n=62), cutanéo-muqueuses (n=22), et urinaires (n=18). Deux facteurs de risques étaient associés aux infections sévères : avoir au moins une comorbidité, en particulier rénale, cardiaque ou pulmonaire (p=0,01), et un taux d’IgG bas lors de l’initiation de la biothérapie (p=0,03). La réduction du DAS-28 VS à 3 mois était plus importante sous tocilizumab qu’avec les autres biothérapies : respectivement 2,2 (±1,2) et 1,0 (±1,3) points (p=0,0002), contrairement au CDAI (p=0,10) et le SDAI (p=0,19). Le taux de maintien cumulé à 2 ans était similaire entre les 2 groupes (p=0,94). Conclusion : L’incidence des infections sévères était similaire sous tocilizumab par rapport aux autres biothérapies en relais du rituximab. La baisse significativement plus importante du DAS-28VS sous tocilizumab par rapport aux autres biothérapies pourrait être expliquée par l’effet propre du tocilizumab sur les protéines inflammatoires. Des investigations complémentaires sont nécessaires pour confirmer nos résultats.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2016
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [48 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01401447
Contributeur : Bu Carreire Université de Bordeaux <>
Soumis le : mercredi 23 novembre 2016 - 12:39:16
Dernière modification le : mercredi 23 août 2017 - 16:30:46
Document(s) archivé(s) le : mardi 21 mars 2017 - 11:02:22

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01401447, version 1

Collections

Citation

Laëtitia Scouppe. Risque infectieux chez les patients atteints de polyarthrite rhumatoïde, traités par Tocilizumab ou un autre traitement de fond biologique en relais du Rituximab : étude rétrospective observationnelle multicentrique sur 157 patients. Médecine humaine et pathologie. 2016. 〈dumas-01401447〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

145

Téléchargements de fichiers

1