Gestion d'un nouveau pathogène. La fusariose de l'ail (Allium sativum) : mieux connaître la maladie pour établir une lutte efficace

Résumé : Depuis quelques années, les producteurs d’ail font face à une maladie qui leur était jusqu’alors inconnue. Les bulbes d’ail pourrissent pendant leur période de stockage à cause d’un champignon du genre Fusarium, mais dont nous ignorons actuellement précisément l’espèce. Pour les aider à établir une lutte efficace face à ce pathogène, nous avons mis au point un programme d’expérimentation afin de mieux comprendre ce micro-organisme. Constatant que les cultures d’ail présentaient de plus faibles taux de fusariose que celles conduites en plein champ, nous nous sommes interrogés sur le rôle des insectes par rapport à la fusariose de l’ail. Nous avons placé des pièges à insectes dans des parcelles d’ail pour évaluer la pression en ravageur de cette culture et identifier la faune présente. Nous avons ainsi mis en évidence que les insectes du genre Cécidomyiidae, peuvent être présents dans les cultures d’ail. Or les cécidomyies du blé sont connues comme étant des vecteurs de spores de Fusarium graminearum. Ainsi, il est donc possible que la propagation de la fusariose de l’ail soit favorisée par les actions de certains insectes. Les spores de Fusarium possédant une longue durée de vie dans les sols, il nous est important de savoir si les précédents de cultures, potentiellement fusariés sont transmissibles à l’ail. Pour cela nous avons inoculé des bulbes d’ail avec du mycélium de Fusarium connu comme étant pathogène des céréales (Fusarium graminearum, F. verticillioïdes, F. culmorum et F. proliferatum) pour tester leur pathogénicité sur l’ail. (résultats définitifs lors de l’automne 2016). Comme le genre Fusarium est capable de produire des spores très résistantes, qui se conservent plusieurs années, et que le phénomène de fusariose prend de plus en plus d’importance d’une année sur l’autre, nous avons testé la présence de Fusarium dans le matériel de stockage. Ainsi nous avons prélevé de la poussière provenant de différents paloxdans et dans des hangars de séchage et de conservation puis mis en culture ces échantillons sur milieu PDA à 25°C. Trois échantillons provenant de trois palox différents ont permis le développement de colonies mycéliennes à l’aspect macroscopique et microscopique typique du genre Fusarium. Nous avons inoculé des bulbes d’ail avec ces mycéliums afin de tester leur pathogénicité (étude en cours à l’automne 2016). L’ensemble des aspects étudiés lors de ces expérimentations nous a montré que, en absence d’identification exacte du pathogène, existe un grand nombre de facteurs intervenant dans la maladie de la fusariose de l’ail. De nombreuses pistes permettant de diminuer le taux de cette attaque fongique commencent à apparaitre. Ainsi, protéger les cultures d’insectes vecteurs de fusariose pourrait faire diminuer la pression fongique tout comme la désinfecter le matériel de stockage et des hangars semble être des pistes prometteuses. Enfin, si les Fusarium pathogènes des céréales sont transmissibles et pathogènes de l’ail, cela signifierait qu’une partie de l’itinéraire de culture est à revoir.
Type de document :
Mémoires
Sciences agricoles. 2016
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [46 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01404776
Contributeur : Agrocampus Ouest <>
Soumis le : mardi 29 novembre 2016 - 11:32:50
Dernière modification le : mercredi 23 août 2017 - 16:31:20
Document(s) archivé(s) le : lundi 20 mars 2017 - 18:17:47

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01404776, version 1

Citation

Hélène Hunyadi. Gestion d'un nouveau pathogène. La fusariose de l'ail (Allium sativum) : mieux connaître la maladie pour établir une lutte efficace. Sciences agricoles. 2016. 〈dumas-01404776〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

471

Téléchargements de fichiers

530