Risques liés à l’utilisation des corticoïdes par voie générale pour évènement aigu en ville chez les patients drépanocytaires. Revue de cas en Guadeloupe

Résumé : Introduction : La drépanocytose, maladie génétique la plus fréquente en Guadeloupe se caractérise par la présence d’une hémoglobine S anormale, à l’origine de manifestations vaso-occlusives aiguës possiblement favorisées par de nombreux facteurs. L’objectif principal de notre étude est de décrire les complications vaso-occlusives ayant nécessité une hospitalisation chez des patients drépanocytaires, suite à la prise par voie générale de corticoïdes pour des évènements aigus. Matériel et méthodes : Étude CORTIDREP descriptive, rétrospective, pluricentrique menée en avril 2016 sur des patients drépanocytaires suivis par l’Unité transversale de la drépanocytose du CHU de Pointe-à-Pitre/Abymes et le CH de la Basse-Terre. Tous les patients drépanocytaires SS, SC, S β0 thalassémiques ou S β+ thalassémiques ayant été hospitalisés du fait de la survenue d’une complication vaso-occlusive suite à l’administration de corticoïdes par voie générale dans le cadre d’une pathologie aigue ont été inclus dans notre étude. Résultats : 23 épisodes de complications vaso-occlusives postcorticothérapie générale ont été recensés entre le 13/08/2000 et le 01/04/2015. 74% des épisodes sont survenus chez des patients SS, 22% chez des SC et 4% chez des S β0 thalassémiques. Chez ces patients, la maladie drépanocytaire était globalement peu sévère (score médian de Hebbel à 2.0). La prescription de corticoïdes s’est faite dans 62% des cas par des médecins généralistes et la principale indication était l’infection ORL aiguë (44%). L’administration était pour 87% en per os, 8.7% en intraveineux et 4.3% en intra articulaire. La Prednisolone était la molécule administrée dans 56,5% des cas avec une posologie médiane de 0.97mg/kg/jour. La complication est survenue dans un délai médian de 2 jours après le début du traitement et l’intensité médiane de la douleur était à 8. Un STA est apparu chez 43.5% des patients, 26.1% des patients ont nécessité un séjour en réanimation et un patient est décédé. Les patients drépanocytaires SC ont présenté plus de STA (p=0.13), avec une durée de prescription de corticoïdes (p=0.003) et un délai de survenue de complication plus courts (p=0.027) et une dose de corticoïdes plus faible (p=0.045). Le sexe, la sévérité globale de la maladie drépanocytaire et la dose de corticoïdes n’avaient pas d’influence sur la survenue d’un STA ou sur la sévérité de l’épisode. Conclusion : Les corticoïdes prescrits en aiguë par voie générale peuvent provoquer des CVO et des STA potentiellement graves chez les patients drépanocytaires; ils doivent être utilisés avec prudence. Pour chaque cas, le rapport bénéfice risque doit être évalué. Notre étude illustre bien les recommandations de l’HAS préconisant un échange transfusionnel destiné à diminuer le taux d’HbS en cas d’indication formelle de corticoïdes. Les mécanismes de ces complications vaso-occlusives restent incompris.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2016
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [63 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01408023
Contributeur : Fort de France Bhu <>
Soumis le : vendredi 2 décembre 2016 - 21:15:30
Dernière modification le : jeudi 21 décembre 2017 - 13:28:04
Document(s) archivé(s) le : mardi 21 mars 2017 - 12:26:07

Licence


Distributed under a Creative Commons Paternité - Pas d'utilisation commerciale 4.0 International License

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01408023, version 1

Collections

Citation

Camille Chassery Lame. Risques liés à l’utilisation des corticoïdes par voie générale pour évènement aigu en ville chez les patients drépanocytaires. Revue de cas en Guadeloupe. Médecine humaine et pathologie. 2016. 〈dumas-01408023〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

172

Téléchargements de fichiers

36