Impact de l'intubation difficile sur le pronostic de l'arrêt cardio-respiratoire en extrahospitalier

Résumé : Introduction :
L’intubation oro-trachéale est un geste technique permettant l’oxygénation et la sécurisation des voies aéro-digestives supérieures par la mise en place d’une sonde tubulaire dans la trachée, isolant les voies respiratoires des reflux digestif via un ballonnet. 40 000 intubations sont réalisées en moyenne chaque année en extrahospitalier dont environ 40% dans le cadre d’arrêt cardiorespiratoire (ACR). Ce geste est toujours recommandé dans l’ACR dans les dernières recommandations de l’European Resuscitation Council de 2015 mais est remis en question dans la littérature.
Objectifs :
L’objectif principal de cette étude est de voir si le ressenti difficile d’une intubation par l’opérateur et un score objectif de quantification de la difficulté d’intubation IDS (Intubation Difficulty Scale) >5 ont une influence sur la reprise d’une activité cardiaque spontanée et sur les chances de sortir vivant de réanimation. L’objectif secondaire est de rechercher des facteurs pouvant influencer la difficulté d’intubation et la survie immédiate et à plus long terme dans l’ACR.
Matériel et méthodes :
Étude mononocentrique rétrospective incluant 575 patients pris en charge par les SMUR de Nice et de Menton du 8 Mars 2012 au 8 Mars 2015, à partir du registre intubation (RIOT) du Pôle Urgence du CHU de Nice croisé avec les données du Registre ACR 06.
Résultats :
Absence de différence significative concernant la RACS (p=0.46) et la sortie de réanimation (p=0.65) quand l’intubation était ressentie comme difficile. Absence également de différence significative pour ces deux critères lorsque le score IDS>5 (RACS p=0.52 ; Sortie de réanimation p=0.11). Dans les objectifs secondaires on retrouve une significativité concernant le taux de RACS (p=0.005) et le taux de sortie vivant de réanimation (p=0.006) pour les patients pris en charge par le SMUR dans un établissement de soins, probablement en lien avec la sélection des patients réanimé et le début précoce de la réanimation cardio-pulmonaire due à la présence de personnel formé.
Conclusion :
Le ressenti de l’intubation comme difficile et le score IDS>5 n’ont pas eu d’influence significative sur la survie à court et moyen terme dans la cohorte d’ACR extrahospitalier étudiée. Une nouvelle étude sur une plus grande cohorte et prenant en compte la durée de no-flow et la durée d’arrêt des compressions induit par l’intubation (« Hands off time ») serait intéressante à réaliser pour compléter ces données.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2016
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [12 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01408697
Contributeur : Bibliothèque Universitaire De Médecine de Nice <>
Soumis le : lundi 5 décembre 2016 - 11:38:02
Dernière modification le : jeudi 11 janvier 2018 - 16:46:00

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01408697, version 1

Collections

Citation

Hugo Latry. Impact de l'intubation difficile sur le pronostic de l'arrêt cardio-respiratoire en extrahospitalier. Médecine humaine et pathologie. 2016. 〈dumas-01408697〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

65

Téléchargements de fichiers

112