Utilisation et intention d’utilisation de l’autotest VIH chez les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes dans la région des Pays de la Loire

Résumé : L’épidémie de VIH demeure encore incontrôlée en France chez les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes, avec 42% des nouvelles contaminations par an soit 2800 individus en 2014. L’incidence est actuellement de 1/100 et l’épidémie cachée dans ce groupe à risque est estimée à 288/10000 HSH. Des mesures de prévention ont été développées, spécialement avec l’arrivée sur le marché en septembre 2015 du premier autotest VIH mis en vente libre dans les pharmacies et sur internet. Destiné aux populations à risque se dépistant peu ou pas, son but est de dépister le plus précocement possible pour un accès plus rapide aux soins et ce afin d’inverser la courbe de l’épidémie. L’objectif principal de cette étude est d’évaluer son utilisation chez les HSH ; l’objectif secondaire étant d’évaluer les intentions d’utilisation chez les HSH ne l’ayant jamais utilisé. Un questionnaire a été diffusé sur internet sur des sites communautaires, lors des gayprides et dans des lieux de fréquentation Gay. Parmi les 81 répondants, 60,5% déclarent plus de 2 partenaires dans les 6 derniers mois et 23% plus de 10 partenaires. Parmi les 41 célibataires, 71% déclarent ne pas porter de préservatif à chaque rapport. Sept personnes avaient déjà utilisé l’autotest. Tous s’étaient dépistés au moins une fois dans leur vie et 6 connaissaient leur statut sérologique. Parmi les 74 n’ayant jamais utilisé l’autotest, 47 souhaiteraient l’utiliser et 27 ne le souhaiteraient pas. Sur les 47 utilisateurs potentiels, 29,8% ne se sont jamais dépistés pour le VIH contre 7,4 % chez ceux ne souhaitant pas l’utiliser. La fréquence de dépistage du VIH est de moins d’une fois par an pour 42 % chez les utilisateurs potentiels et de 28% chez les autres. Cette étude a montré une différence importante concernant les habitudes de dépistage, entre les utilisateurs et ceux ayant l’intention d’utiliser l’autotest VIH. En effet, les utilisateurs s’étaient tous déjà dépistés au moins une fois et connaissaient leur statut sérologique alors que ceux ayant l’intention de l’utiliser étaient un tiers à ne s’être jamais fait dépister. Parmi les limitations majeures à son utilisation, on notera le prix et la satisfaction avec les méthodes habituelles ; ainsi qu’un manque d’informations dans les médias et les milieux communautaires.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2016
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [17 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01413494
Contributeur : Bu Carreire Université de Bordeaux <>
Soumis le : vendredi 9 décembre 2016 - 18:45:06
Dernière modification le : mercredi 23 août 2017 - 16:32:26
Document(s) archivé(s) le : mardi 28 mars 2017 - 00:16:46

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01413494, version 1

Collections

Citation

Maxime Berrieau. Utilisation et intention d’utilisation de l’autotest VIH chez les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes dans la région des Pays de la Loire . Médecine humaine et pathologie. 2016. 〈dumas-01413494〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

32

Téléchargements de fichiers

22