Cholestase liée à la nutrition parentérale du nouveau-né prématuré de moins de 32 SA : revue systématisée de la littérature et enquête auprès des services de néonatalogie adossés aux maternités de type 3 françaises

Résumé : Introduction. La cholestase est fréquente chez le nouveau-né prématuré sous nutrition parentérale mais sa prise en charge est peu protocolisée. Son étiologie est plurifactorielle : jeûne, rôle direct des composants de la nutrition parentérale ou de ses contaminants, rôle des infections, de l’inflammation, immaturité du métabolisme biliaire. Notre objectif était de proposer une prise en charge optimale aux nouveau-nés prématurés présentant une cholestase sous nutrition parentérale. Matériel et méthodes. Nous avons réalisé une revue systématisée de la littérature puis une enquête de pratique auprès des médecins des unités de néonatologie de niveau 3 françaises. Résultats. 40 articles ont été sélectionnés et 82 médecins travaillant dans 55 centres sur les 67 services de néonatologie contactés ont répondu à notre enquête (taux de réponse : 82% des centres). Les pratiques de prise en charge en France montraient une préoccupation de l’ensemble des équipes pour cette problématique même si elles apparaissaient hétérogènes. Les principaux facteurs de risque retrouvés étaient une restriction de croissance intra-utérine, une nutrition parentérale de longue durée, la survenue d’une entérocolite ulcéro-nécrosante ou d’une chirurgie digestive. Les stratégies de prévention reposaient essentiellement sur la nutrition entérale précoce, sur une prévention des sepsis et un usage raisonnable de l’antibiothérapie ; le traitement préventif par Erythromycine à partir du 14ème jour de vie a un intérêt potentiel. Une bilirubine conjuguée élevée au-dessus de 34 μmol/L (ou de 2 mg/dL) ainsi qu’une association de Phosphatases alcalines élevées et de Gamma-glutamyl-transpéptidases élevées (au moins de 150 UI/L chez le nouveau-né prématuré) semblent être spécifique de cholestase. Le traitement de cette pathologie repose essentiellement sur l’utilisation des émulsions lipidiques à base d’huile de poisson. L’acide ursodésoxycholique reste un traitement bien toléré mais avec un niveau de preuve insuffisant dans cette indication. Conclusion. Notre travail a permis de proposer une prise en charge préventive, diagnostique et thérapeutique de la cholestase du nouveau-né prématuré sous nutrition parentérale.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2016
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [110 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01416638
Contributeur : Bu Carreire Université de Bordeaux <>
Soumis le : mercredi 14 décembre 2016 - 16:41:14
Dernière modification le : mercredi 23 août 2017 - 16:30:21
Document(s) archivé(s) le : mercredi 15 mars 2017 - 15:22:41

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01416638, version 1

Collections

Citation

Inès Coulougnon. Cholestase liée à la nutrition parentérale du nouveau-né prématuré de moins de 32 SA : revue systématisée de la littérature et enquête auprès des services de néonatalogie adossés aux maternités de type 3 françaises. Médecine humaine et pathologie. 2016. 〈dumas-01416638〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

91

Téléchargements de fichiers

23