Intérêt pronostique de la ventilation non invasive en traitement de première ligne dans le syndrome de détresse respiratoire aiguë

Résumé : Objectif principal de l’étude : Rechercher les facteurs de risque de mortalité à J28 chez des patients admis en réanimation pour SDRA initialement pris en charge par ventilation non invasive (VNI). Matériel et méthodes : Etude de cohorte rétrospective monocentrique en réanimation polyvalente au CHU de Saint Pierre, la Réunion. Tous les patients présentant un SDRA selon les critères de Berlin ventilés initialement par VNI. Les critères d’exclusion étaient les patients mineurs et l’utilisation de la VNI en pré-oxygénation avant intubation. Le critère de jugement principal était la mortalité à 28 jours. Les critères de jugement secondaires étaient la mortalité à 90 jours, le taux d’intubation, les durées de séjours en réanimation et à l’hôpital. Résultats : Inclusion de 73 patients entre janvier 2010 et Octobre 2015. L’âge moyen des patients était de 62 ans. Il y avait 67% d’hommes. Les scores de gravité à l ‘inclusion étaient élevés (IGS2 moyen à 51, SOFA score moyen 7,3). A l’admission, 16% de patients étaient en état de choc. Nous comptions 18% de BPCO. Le SDRA était secondaire à une pneumopathie infectieuse dans 77% des cas (bactérienne dans 37% des cas). A l’initiation de la VNI, le rapport PaO2/FiO2 moyen était de 132 mmHg. Il y avait 31% de patients en SDRA sévère, 21% de patients hypercapniques. Le taux d’intubation s’élevait à 92% et la mortalité à 66% à 28 jours (67% pour les patients intubés). En analyse univariée, Le SDRA secondaire à une pneumopathie bactérienne était associé à la survie à J28 et l’IGS2 à la mortalité à 28 jours. Aucun facteur de risque n’était retrouvé en analyse multivariée. Le SOFA score et le délai de mise en place de la VNI étaient associés au risque d’intubation. Le volume courant expiré (Vte) moyen lors de la VNI était de 9,4 ml/kg de poids idéal. Nous avions un taux faible de barotraumatismes (4%) et 18% des patients ont développé une pneumopathie acquise sous ventilation mécanique (tous étaient intubés). Les durées de séjour en réanimation et à l’hôpital étaient significativement plus longues pour les patients ayant nécessité une ventilation invasive. Conclusion : La pneumopathie bactérienne et un score faible IGS2 étaient associés à la survie à 28 jours de nos patients en SDRA. Le SOFA score et le délai de mise sous VNI étaient associés au risque d’échec de VNI. Cette étude nous permettra de modifier la prise en charge de nos patients en SDRA modéré à sévère en ayant recours à la ventilation invasive plus précocement.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2016
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [130 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01416788
Contributeur : Bu Carreire Université de Bordeaux <>
Soumis le : mercredi 14 décembre 2016 - 18:30:56
Dernière modification le : mercredi 25 juillet 2018 - 01:22:28
Document(s) archivé(s) le : mercredi 15 mars 2017 - 14:44:43

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01416788, version 1

Collections

Citation

Émilie Barrier. Intérêt pronostique de la ventilation non invasive en traitement de première ligne dans le syndrome de détresse respiratoire aiguë. Médecine humaine et pathologie. 2016. 〈dumas-01416788〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

48

Téléchargements de fichiers

3