L'autorité chez Hannah Arendt dans son rapport conceptuel et génétique à Platon

Résumé : On convoque Arendt pour expliquer notre monde, comme elle a tenté d’expliquer le sien tout au long de sa vie. Arendt développe une pensée qui tend à lier les sciences sociales et la philosophie, dans la mesure où elle déploie une philosophie qui pense les objets du monde social-historique à l’aide de la puissance théorique des concepts philosophiques, et à la lumière d’un travail généalogique sur l’histoire de la philosophie politique. Cette tentative d’appliquer des modes de pensée aux problèmes immédiats apparaît comme une forme évidente de travail intellectuel s’il s’agit de penser l’homme et la société, et plus précisément un événement : le basculement historique de la société occidentale du côté du totalitarisme. La pensée d’Arendt apparaît comme une pensée philosophique qui s’aventure dans le monde social-historique et qui tente non seulement de penser le présent, mais aussi de chercher l’avenir dans un retour aux Anciens. Son travail ne se déploie donc jamais sur le mode de l’abstraction hors-sol, et il semble que ce soit précisément ce mode de pensée très ancré dans la pratique qui séduise ses lecteurs contemporains.
Type de document :
Mémoires
Philosophie. 2016
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [8 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01426992
Contributeur : Paris 1 Panthéon-Sorbonne - Ufr Philosophie <>
Soumis le : lundi 9 janvier 2017 - 10:46:37
Dernière modification le : vendredi 29 septembre 2017 - 11:49:28
Document(s) archivé(s) le : lundi 10 avril 2017 - 12:34:05

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01426992, version 1

Citation

Mathilde Barbier. L'autorité chez Hannah Arendt dans son rapport conceptuel et génétique à Platon. Philosophie. 2016. 〈dumas-01426992〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

201

Téléchargements de fichiers

978