Normanut 3‎ : enquête de prévalence et caractéristiques des troubles nutritionnels chez des patients consultant en médecine générale en Haute-Normandie

Résumé : Le médecin généraliste occupe une place primordiale quant au diagnostic des troubles nutritionnels. Dans ce cadre, l’étude Normanut 3 a pour objectif d’évaluer la prévalence des différents types de troubles nutritionnels au sein d’une population vue en médecine générale en Haute-Normandie. Cette étude fait suite à deux autres études construites sur le même protocole conduites en 2001 et 2008. Méthode : Normanut 3 est une enquête transversale conduite en janvier 2016 à partir de questionnaires envoyés à des médecins généralistes tirés au sort ayant donné préalablement leur accord pour participer. Chacun d’eux a proposé le questionnaire à 20 de leurs patients vus au cours d’une semaine donnée. Outre des données sociodémographiques et cliniques, des données relatives au test de SCOFF-F, au test de l’AUDIT-C ainsi qu’aux habitudes nutritionnelles ont été recueillies. Résultats: 965 patients (41,9% d’hommes, 58,1% de femmes) ont été inclus. 41,5% des hommes étaient en surpoids contre 29,5% des femmes (p<0,05). 22,9% de l’échantillon souffraient d’obésité (25,6% des hommes contre 20,9% des femmes). Les patients interrogés n’avaient pas une perception correcte de leur corpulence. 28,0% des patients étaient traités pour une HTA. La prévalence du diabète était de 8,7% (12,0% des hommes ; 6,1% des femmes, p<0,05); celle de la dyslipidémie était de 17,4% (20,2% des hommes contre 15,0% des femmes, p<0,05). La prévalence des troubles du comportement alimentaire connus est rapportée dans ce tableau : Prévalence des différents TCA* connus selon le sexe Hommes (%) Femmes (%) Ensemble (%) p Hyperphagie 1,3 3,4 2,5 0,0305 Grignotage 3,2 7,0 5,3 0,0121 *Pas de données concernant l’anorexie car effectifs trop faibles. 14,3% des patients avaient un test de SCOFF-F positif. Pour 73,4% des patients ayant un test de SCOFF-F positif, aucun TCA n’avait été déclaré par le médecin traitant. 22,7% des hommes et 23,6% des femmes déclaraient fumer. 34,3% de l’échantillon présentaient une consommation d’alcool à risque : 50% des hommes contre 20,4% des femmes (p<0,01). 10,7% de l’effectif mangeaient en moyenne au moins 5 fruits et légumes par jour. La prévalence globale de l’obésité avait augmenté par rapport aux 2 précédentes études (20,0% en 2001, 19,2% en 2008). La prévalence du test de SCOFF-F positif était restée stable entre 2008 et cette enquête. Conclusion : Les prévalences du surpoids et de l’obésité sont plus importantes dans l’étude haut-normande que celles observées dans la population française en général. Le dépistage des TCA pourrait être réalisé plus aisément par la réalisation du test de SCOFF-F. Le médecin généraliste pourrait alors contribuer à l’amélioration du dépistage conduisant à une prise en charge précoce des différents troubles nutritionnels dont les prévalences ont a priori augmenté au fil du temps.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2016
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [28 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01435995
Contributeur : Bibliothèque Universitaire Rouen <>
Soumis le : lundi 16 janvier 2017 - 09:57:13
Dernière modification le : mardi 5 juin 2018 - 10:14:34
Document(s) archivé(s) le : lundi 17 avril 2017 - 14:29:34

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01435995, version 1

Citation

Lucie Aubry. Normanut 3‎ : enquête de prévalence et caractéristiques des troubles nutritionnels chez des patients consultant en médecine générale en Haute-Normandie. Médecine humaine et pathologie. 2016. 〈dumas-01435995〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

142

Téléchargements de fichiers

38