Encéphalite auto-immune chez l'enfant et l'adolescent : expression psychiatrique et catatonie

Résumé : Les maladies auto-immunes peuvent avoir une expression psychiatrique. Les troubles psychiatriques présentés par les patients peuvent être sévères. Il peut s’agir par exemple d’un délire, d’hallucinations, d’un épisode maniaque, d’un trouble dépressif résistant ou récurrent. Ces troubles psychiatriques sont parfois inauguraux ou au premier plan, ce qui peut conduire à des erreurs diagnostiques et thérapeutiques préjudiciables pour le patient. Les symptômes psychiatriques évocateurs d’une organicité sont souvent atypiques. Il s’agit d’hallucinations visuelles prégnantes, d’une fluctuation des symptômes psychiatriques, d’une résistance au traitement antipsychotique usuel, d’une catatonie associée. Par ailleurs, l’association de ces troubles à des signes de régression cognitive, touchant souvent la mémoire et le langage, doit alerter le clinicien. Le risque vital et le risque de séquelles cognitives constituent un enjeu de taille pour la vie du patient. L’objectif de cette thèse est de mener une réflexion sur l’enjeu diagnostic et thérapeutique dans ces maladies auto-immunes à expression psychiatrique, chez l’enfant et l’adolescent, d’abord par une revue exhaustive de la littérature sur le neurolupus, l’encéphalite anti-NMDA, l’encéphalite de Hashimoto, ensuite par un approfondissement de la catatonie en tant que syndrome d’une importance majeure dans le raisonnement diagnostique et thérapeutique de part son lien fort entre psychiatrie et organicité. Deux cas cliniques pédiatriques illustratifs sont rapportés. Un algorithme décisionnel sur démarche diagnostique et thérapeutique de l’encéphalite auto-immune est proposé. Les examens paracliniques doivent être larges et répétés, parfois invasifs (ponction lombaire). Cependant, l’identification des anticorps spécifiques de la maladie n’étant pas toujours possible, elle ne devrait pas constituer un critère diagnostic exclusif. L’enjeu diagnostic est donc de récolter un faisceau d’arguments cliniques et paracliniques forts en faveur du diagnostic d’encéphalite auto-immune. Un traitement d’épreuve, par exemple par corticoïdes, pourrait représenter un argument intéressant dans certains cas. Dans 30 à 40% des cas, les symptômes sont résistants au traitement de première ligne par corticothérapie. Des traitements immunosuppresseurs plus agressifs ont démontré un bénéfice dans ces situations, malgré les risques liés à leur éventuelle toxicité. La précocité du traitement immunologique et son efficacité conditionnent le pronostic cognitif.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2016
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [136 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01437122
Contributeur : Bibliothèque Universitaire Rouen <>
Soumis le : mardi 17 janvier 2017 - 09:53:29
Dernière modification le : mardi 5 juin 2018 - 10:14:34
Document(s) archivé(s) le : mardi 18 avril 2017 - 12:44:11

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01437122, version 1

Citation

Maryam Soleimani. Encéphalite auto-immune chez l'enfant et l'adolescent : expression psychiatrique et catatonie. Médecine humaine et pathologie. 2016. 〈dumas-01437122〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

391

Téléchargements de fichiers

562