Mise en place et évaluation d'un protocole de soins pharmaceutiques dans un service de gériatrie

Résumé : L'iatrogénie constitue un véritable problème de santé publique, et particulièrement au niveau des soins gériatriques. Le pharmacien a un rôle essentiel à jouer dans la prévention de ce risque iatrogène à travers l'application du concept des soins pharmaceutiques. Sur la base du travail théorique de Cécile Bordenave-Gabriel, nous avons débuté ce travail dont l'objet a été la mise en place et l'évaluation de cette pratique, auprès de 54 patients au sein de l'unité gériatrique de 40 lits du 2ème étage du pavillon E. Chatin. La procédure consistait à : réaliser à l'admission un premier entretien semi-directif avec le patient ou son référent ; analyser son ordonnance de ville ; établir un second entretien ; élaborer finalement une synthèse précise et complète des risques et problèmes d'iatrogénie détectés. Les problèmes iatrogéniques repérés grâce à ce travail sont pour la plupart liés au comportement du patient vis à vis de ses médicaments. Nous en avons listés quatre principaux. Pratiquée par 60% des sujets interrogés, l'automédication apparaît fréquente et potentiellement dangereuse, puisqu'elle nécessite une surveillance dans près de la moitié des cas. Une mauvaise observance médicamenteuse a également pu être détectée chez 36% des patients. 46% des patients n'apprécient pas ou n'utilisent pas correctement les formes galéniques qui leur sont prescrites. Le mode de gestion du traitement au domicile est apparu inadapté dans 43% des cas et nécessitait de préconiser l'intervention de l'entourage ou d'une infirmière pour remédier à ces situations propices aux erreurs et aux accidents. L'analyse pharmaceutique des ordonnances de ville précédant hospitalisation révèle également plusieurs dysfonctionnements. Une symptomatologie évocatrice d'un effet indésirable iatrogène survient chez 29% de la population : troubles digestifs, chutes, confusions et hypotension orthostatique étant les symptômes les plus fréquemment rencontrés. En amont de ce dépistage déjà "trop tardif", toute potentialisation d'un effet indésirable, fréquemment source d'iatrogénie, a été recherchée. Nous avons repéré au moins un effet indésirable potentialisé chez 72% de la population. Très fréquentes, les interactions médicamenteuses ont été observées dans près de 67% des cas, dont 7% de contre-indications. Des anomalies posologiques ont été relevées dans 57% des cas. Un non-respect de l'adaptation posologique en fonction de la clairance de la créatinine concerne 27% de l'ensemble de ces erreurs de posologie. Enfin, un problème de non-coordination des multiples prescripteurs existe chez plus d'un tiers des patients qui possédaient plusieurs ordonnances (35%). Au vu de la quantité de problèmes iatrogéniques repérés, une vigilance accrue des médecins et une collaboration des pharmaciens impliqués semblent indispensables. La faisabilité de cette pratique a également été évaluée et discutée. Le délai moyen de réalisation de la procédure (10,4 jours), bien qu'inférieur à la durée moyenne d'une hospitalisation dans le service (29,7 jours), pourrait être réduit. Les dossiers incomplets, la difficulté pour récupérer certaines ordonnances et la difficulté pour accéder à certaines personnes référentes restent les facteurs limitants de notre protocole. L'acceptabilité par les patients ou leurs référents s'est avérée très bonne : 93,9% des patients et 100% des référents ont jugé ces entretiens très agréables ou agréables, et 84,9% des patients et 72,7% des référents les ont jugés très utiles ou utiles. De même, 100% des prescripteurs de ville contactés ont coopéré. Bien qu'ils n'aient pas toujours pris le temps de remplir notre fiche d'évaluation écrite, les internes en médecine en fonction dans le service exprimaient oralement leur entière satisfaction pour cette pratique. Enfin, la réalisation systématique de la procédure nécessiterait d'augmenter le temps pharmaceutique octroyé au service puisqu'elle nécessite un minimum de deux heures par patient et que l'emploi du temps de l'externe et de l'interne en pharmacie actuellement en vigueur dans le service ne le permet pas. En outre, il apparaît indispensable à la pérennisation de cette expérience qu'un pharmacien senior, impliqué durablement dans le fonctionnement du service quotidien et qui permettrait de faire le lien lors des changements d'externes et d'internes dans le service, soit affecté. Cette pratique de détection systématique et optimisée de l'iatrogénie ouvre la possibilité d'améliorer les prestations de pharmacie clinique offertes au service. Elle est techniquement valide et faisable, mais elle trouve comme facteurs limitants le temps et l'encadrement. Elle participe à améliorer la continuité des soins et de la vigilance contre l'iatrogénie entre ville et hôpital. Elle pourrait être complétée par la mise en place d'une pratique de "lettre pharmaceutique de sortie", établie par le pharmacien du service et adressée au médecin traitant à la sortie du patient, en complément du courrier de sortie rédigé par le médecin du service. Elle permettrait également de concevoir la mise en place d'une "pratique d'information pharmacothérapeutique personnalisée des patients", afin d'améliorer leurs compétences à repérer certains problèmes médicamenteux, et d'assurer leur droit légal à ce type d'information.
Type de document :
Mémoires
Sciences pharmaceutiques. 2002
Liste complète des métadonnées

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01438326
Contributeur : Jean-Hugues Morneau <>
Soumis le : mardi 17 janvier 2017 - 15:58:44
Dernière modification le : mercredi 23 août 2017 - 16:30:26
Document(s) archivé(s) le : mardi 18 avril 2017 - 15:02:03

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01438326, version 1

Citation

Béatrice Oncins-Delgado, David Larnaud. Mise en place et évaluation d'un protocole de soins pharmaceutiques dans un service de gériatrie. Sciences pharmaceutiques. 2002. 〈dumas-01438326〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

67

Téléchargements de fichiers

41