Évaluation du NephroCheck® au sein d’une population à haut risque de lésion rénale aiguë : une étude prospective

Résumé : Introduction : malgré les nouvelles définitions des lésions rénales aigües (LRA), leur diagnostic reste difficile à définir et il persiste toujours un retard diagnostique. De nouveau biomarqueurs ont ainsi vu le jour dans le but d’améliorer le délai diagnostique et d’essayer d’optimiser la prise en charge afin d’en diminuer les complications à court et à long terme. Le NephroCheck®, test urinaire, combine la mesure de deux nouveaux biomarqueurs : l’Insuline Growth factor binding protein 7 (IGFBP7) et le Tissue Inhibitor of Metallo Proteinase 2 (TIMP-2), tous deux marqueurs d’arrêt du cycle cellulaire. L’objectif était d’évaluer les performances diagnostiques et pronostiques du NephroCheck® au sein d’une population de réanimation à haut risque de LRA. Méthode : étude prospective observationnelle monocentrique de mars 2015 à juillet 2016 incluant tous les patients admis en réanimation présentant un syndrome de réponse inflammatoire systémique (SRIS). Un dosage de NephroCheck® était réalisé à la 4e, 10e et 28e heure après leur admission en réanimation. Le dosage de créatinine plasmatique était réalisé à l’admission et quotidiennement jusqu’à J7. Les LRA étaient définies par la classification de KDIGO (KDIGO 1, 2 et 3). La performance diagnostique du NephroCheck® était étudié. Le pronostic des patients était évalué grâce au MAKE30 (Major Adverse Kidney Event), la nécessité d’une épuration extra-rénale et le risque de décès à J90. Les variations du NephroCheck® en fonction des injections d’aminosides ont également été observées. Résultats : 148 patients ont été inclus dans l’étude, 85 (57%) ont reçu des aminosides. Au total 79 patients (50%) ont développé une LRA et l’EER a été nécessaire chez 13 patients (9%). On retrouve une faible performance diagnostique du NephroCheck® pour prédire la survenue d’une LRA dans les 24 à 48 heures avec une AUC-ROC de 0,63 [0,53-0,72]. Les performances pronostiques sont insuffisantes pour prédire le risque de MAKE30 avec une AUC-ROC de 0,53 [0,43-0,63] mais apparaît être meilleure pour prédire le recours à une EER avec une AUC-ROC de 0,74 [0,64-0,82]. On observe une augmentation significative du NephroCheck® après une injection d’aminoside. Conclusion : nos résultats remettent en question la robustesse et l’utilité du NephroCheck® pour la prédiction des LRA. Ses performances diagnostiques et pronostiques sont décevantes et restent insuffisantes pour en faire un marqueur infaillible de LRA au sein d’une population de réanimation à haut risque.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2016
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [86 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01446835
Contributeur : Bu Carreire Université de Bordeaux <>
Soumis le : jeudi 26 janvier 2017 - 12:55:53
Dernière modification le : mercredi 23 août 2017 - 16:32:39
Document(s) archivé(s) le : vendredi 28 avril 2017 - 07:00:33

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01446835, version 1

Collections

Citation

Audrey Destizons. Évaluation du NephroCheck® au sein d’une population à haut risque de lésion rénale aiguë : une étude prospective. Médecine humaine et pathologie. 2016. 〈dumas-01446835〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

48

Téléchargements de fichiers

2