Facteurs cliniques prédictifs de l’observance de la ventilation à domicile : étude rétrospective d’une cohorte suivie au CHU de Rouen

Résumé : La ventilation non invasive s’est développée au cours des vingt dernières années notamment pour l’assistance à domicile des patients atteints d’insuffisance respiratoire chronique (IRC). De l’observance au traitement dépend son efficacité immédiate et à long-terme. Il existe peu de données sur l’observance de la VNI à domicile et sur les facteurs pouvant la prédire.Objectif : identifier les paramètres cliniques corrélés à l’observance de la VNI au domicile trois mois après l’appareillage au sein d’une cohorte de patients atteints d’IRC. Matériel et méthodes : inclusion des patients appareillés par VNI au long cours pour une IRC dans le service de pneumologie du CHU de Rouen entre juin 2013 et décembre 2014 permettant la constitution d’une cohorte monocentrique observationnelle de 72 patients. Le recueil des caractéristiques sociodémographiques, des comorbidités, des modalités d’appareillage, des évènements du suivi et de l’observance était réalisé de façon rétrospective. L’observance était définie par une utilisation quotidienne d’au moins 4h/j. Résultats : trente patients (41,7 %) présentaient un syndrome obésité hypoventilation, 12 (16,7 %) une sclérose latérale amyotrophique, 11 (15,2 %) une broncho-pneumopathie chronique obstructive, 6 un overlap-syndrome, 6 une maladie neuromusculaire, 2 une déformation thoracique et 5 avaient soit une pathologie peu fréquente ou une association de plusieurs pathologies. Deux tiers des patients présentaient un terrain cardiovasculaire modéré ou sévère. Presque 20% des patients avaient un terrain psychiatrique sévère. La majorité des appareillages avaient été effectués au cours d’un épisode d’insuffisance respiratoire aiguë hypercapnique (55,5 %). Le délai moyen entre l’appareillage et la réévaluation clinique était de 4,3 mois avec 77,7 % d’observance et durée moyenne d’utilisation de la VNI de 6,1 h/j. La présence d’un terrain psychiatrique sévère (p = 0,039), d’un terrain cardiovasculaire sévère (p = 0,04) ou d’une dyslipidémie (p = 0,02) étaient des facteurs de risque d’inobservance. La sévérité de l’hypercapnie avant appareillage (p = 0,01), son amélioration pendant l’appareillage (p < 0,01) et la persistance de cette amélioration au cours du suivi (p = 0,01) étaient des facteurs prédictifs de bonne observance. La nécessité d’une hospitalisation non programmée au cours du suivi (p=0,028), l’absence du malade lors des visites programmées du prestataire (p = 0,01) étaient des facteurs de risque d’inobservance de la VNI. Conclusion : au cours de la mise en place d’une VNI au long cours, le praticien doit s’attacher à diminuer au maximum l’hypercapnie afin de favoriser l’observance. Un suivi rapproché voire spécifique des patients présentant des comorbidités cardiovasculaires ou psychiatriques pourrait améliorer l’observance de la VNI au long cours.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2016
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [96 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01449150
Contributeur : Bibliothèque Universitaire Rouen <>
Soumis le : lundi 30 janvier 2017 - 10:37:33
Dernière modification le : mardi 5 juin 2018 - 10:14:34

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01449150, version 1

Citation

Gurvan Le Bouar. Facteurs cliniques prédictifs de l’observance de la ventilation à domicile : étude rétrospective d’une cohorte suivie au CHU de Rouen. Médecine humaine et pathologie. 2016. 〈dumas-01449150〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

93

Téléchargements de fichiers

108