Ganglionopathies : Revue de la littérature‎ : Application des nouveaux critères diagnostiques sur la cohorte de patients du CHU de Rouen

Résumé : Les neuronopathies sensitives ou ganglionopathies sont des pathologies du système nerveux périphérique et englobent un groupe de pathologies dysimmunitaires, paranéoplasiques, toxiques, métaboliques, infectieuses, héréditaires et idiopathiques qui touchent le ganglion rachidien postérieur. Camdessanché et al. ont récemment proposé des critères cliniques et électrophysiologiques pour le diagnostic des ganglionopathies. Nous avons appliqué les critères diagnostiques de Camdessanché sur une cohorte de patients avec un diagnostic de ganglionopathie comparée à une cohorte de patients classés neuropathie sensitive pure afin d’évaluer notre pratique. Le recueil des données a été réalisé sur une cohorte de 101 patients. 66 patients étaient codés « ganglionopathie » après l’ENMG et 44 patients étaient codés « neuropathie sensitive pure » après l’ENMG. A partir des éléments cliniques et électrophysiologiques recueillis, nous avons ensuite appliqué les critères de Camdessanché. Les examens complémentaires réalisés ainsi que l’étiologie retenue étaient également recueillis. Sur les 66 patients codés « ganglionopathie », seuls 37 patients (56%) étaient classés «ganglionopathie possible». D’après les critères, 13 patients sur ces 37 (35,1%) pouvaient être ensuite classés « ganglionopathie probable » grâce à l’item traitement par cisplatine/cancer actuel. Parmi les 35 patients (34,6%) codés « neuropathie sensitive pure », quatre patients étaient classés « ganglionopathie possible » dont deux obtenaient le classement « ganglionopathie probable » par l’item cancer actuel. Au total, 26 patients étaient classés « ganglionopathie possible » (25,7%) et 15 patients étaient classés « ganglionopathie probable » (14,8%). Dans le groupe « ganglionopathie » 41,5% des patients présentaient des douleurs au début de la maladie versus 20% dans le groupe « neuropathie sensitive » (p=0,02) alors que l’ataxie au début de la maladie n’était pas significativement différente entre les groupes. Au développement maximal de la maladie, les items cliniques des critères de Camdessanché (ataxie, asymétrie des symptômes et anomalies sensitives non limitées aux membres inférieurs) étaient significativement plus fréquent dans le groupe « ganglionopathie ». 97,6% des patients du groupe « ganglionopathie » avaient un potentiel moteur anormal maximum à l’ENMG versus 36,7% dans le groupe « neuropathie sensitive » (p=4,9*10-11). De même, 97,6% des patients du groupe « ganglionopathie » avaient un potentiel sensitif aboli aux membres supérieurs ou au moins 3 potentiels sensitifs inférieurs ou égaux à 30% de la limite inférieure normale aux membres supérieurs versus 58,3% des patients du groupe « neuropathie sensitive ». En ce qui concerne les étiologies, seule la cause carentielle était significativement plus fréquente dans le groupe « ganglionopathie » : 21,9% versus 3,3% dans le groupe « neuropathie sensitive » (p=0,006). L’application des critères diagnostiques de Camdessanché permet de poser un diagnostic plus spécifique de ganglionopathie en prenant en compte les données cliniques et paracliniques et en utilisant des critères électrophysiologiques plus précis. Un examen clinique et un ENMG minimum sont nécessaires à leur application.
Document type :
Master Thesis
Liste complète des métadonnées

Cited literature [109 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01449565
Contributor : Bibliothèque Universitaire Rouen <>
Submitted on : Monday, January 30, 2017 - 3:34:59 PM
Last modification on : Tuesday, February 5, 2019 - 11:44:29 AM

Identifiers

  • HAL Id : dumas-01449565, version 1

Citation

Adèle Héranval. Ganglionopathies : Revue de la littérature‎ : Application des nouveaux critères diagnostiques sur la cohorte de patients du CHU de Rouen. Médecine humaine et pathologie. 2016. ⟨dumas-01449565⟩

Share

Metrics

Record views

646

Files downloads

350