Identification de marqueurs sociaux et émotionnels associés à l’hallucination acoustico-verbale chez l’enfant et l’adolescent non psychotique « L’enfant physalis »

Résumé : Introduction
Les hallucinations non psychotiques représentent une symptomatologie non négligeable en pédopsychiatrie. Une telle expérience est très souvent considérée comme un phénomène développemental transitoire et bénin. Malgré tout, les travaux récents ont mis en évidence que la persistance et l’aggravation de l‘expérience hallucinatoire signerait une mauvaise évolution des troubles de l’enfant. Des signes favorisant la présence et la persistance des hallucinations non psychotiques doivent être recherchés pour ajuster la prise en charge diagnostique et thérapeutique. L’objectif de cette étude était d’évaluer l’influence des capacités de cognition sociale et émotionnelle sur la présence et la persistance d’hallucinations acoustico-verbales chez des enfants et adolescents non psychotiques.
Matériels et méthode
Une étude multicentrique prospective de type cas-témoin, longitudinale sur 6 mois, incluait des patients âgés de 6 à 18 ans, présentant des hallucinations acoustico-verbales sans diagnostic de psychose. La cognition sociale était évaluée à l’aide de la NEPSY II avec les tâches de « théorie de l’esprit » et « reconnaissance des émotions ». Le facteur émotionnel était évalué à l’aide de l’EED IV, pour établir un profil émotionnel de l’enfant, et de la BAVQ-R, catégorisant le vécu de l’enfant face à ses voix.
Résultats
L’étude a inclus 19 cas et 14 témoins. Sur les 12 enfants réévalués à 6 mois, 7 présentent encore des hallucinations et 2 répondent à un diagnostic de psychose. Les facteurs de cognition sociale et émotionnels ne semblent pas être significativement corrélés à la présence ni à la persistance des hallucinations et ne peuvent différencier les enfants cas des enfants témoins. L’évolution vers un diagnostic d’agoraphobie et de trouble oppositionnel avec provocation influence significativement la persistance des hallucinations. Enfin, un sentiment de mépris envers les autres et une évolution vers un trouble des conduites ont été significativement retrouvé chez les enfants devenus psychotiques à 6 mois.
Conclusion
Les hallucinations acoustico-verbales chez des enfants non psychotiques ne semblent pas pouvoir être expliquées par les facteurs de cognition sociale et émotionnel. Elles peuvent cependant informer le thérapeute de la psychopathologie et du risque d’évolution du trouble sous jacent auquel elles sont associées. Cela indique la nécessité d’une prise en charge globale de l’enfant ainsi qu’une réévaluation régulière du phénomène hallucinatoire.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2016
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [211 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01449631
Contributeur : Bibliothèque Universitaire De Médecine de Nice <>
Soumis le : lundi 30 janvier 2017 - 16:08:20
Dernière modification le : jeudi 11 janvier 2018 - 16:34:02

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01449631, version 1

Citation

Louise-Émilie Dumas. Identification de marqueurs sociaux et émotionnels associés à l’hallucination acoustico-verbale chez l’enfant et l’adolescent non psychotique « L’enfant physalis ». Médecine humaine et pathologie. 2016. 〈dumas-01449631〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

99

Téléchargements de fichiers

182