Cardiomyopathie du péripartum‎ : diagnostic précoce à partir de symptômes cliniques, en médecine de ville

Résumé : La cardiomyopathie du péripartum est une maladie rare. Elle se définit par une dysfonction systolique à fraction d’éjection du ventricule gauche diminuée (FEVG < 45%), pouvant se développer à partir du 9e mois de grossesse jusqu’au 5e mois du post-partum, chez une femme sans antécédent cardio-vasculaire connu. Ses symptômes sont souvent confondus avec l’inconfort d’une grossesse, expliquant son retard diagnostic. L’objectif principal était de chercher l’existence de symptômes précurseurs permettant d’optimiser son diagnostic. L’objectif secondaire était de quantifier les symptômes d’une grossesse physiologique. Méthodes : une étude observationnelle de type cas-témoins a été réalisée. Les cas représentaient les femmes atteintes de CMPP, recrutées au travers l’étude des dossiers médicaux, au sein du service de cardiologie du CHU de ROUEN. Les témoins ont été recrutés en post-partum immédiat au sein de la maternité de la clinique MATHILDE à ROUEN. Les deux groupes étaient homogènes en âge, poids et en parité. Un même questionnaire leur a été posé en post-partum immédiat et à 2 mois. Différentes informations de grossesse et du postpartum ont pu être enregistrées : les hospitalisations, la dyspnée, l’asthénie, les oedèmes périphériques, les palpitations, les douleurs thoraciques, les malaises avec ou sans perte de connaissance. Résultats : Nous avons démontré que chez des femmes saines, la grossesse constitue un inconfort minime en terme clinique, sans distinction entre les primipares et les multipares. La seule sous-catégorie ayant ressenti le plus de difficultés était celle des grossesses multiples avec plus de dyspnée au stade NYHA III (p < 0.001), davantage d’hospitalisation (p < 0.01) et de malaise (p = 0.05). Il n’a pas pu être démontré de différence significative entre les cas et les témoins lors de la grossesse. Par contre, dans le post-partum, deux symptômes se distinguaient : la dyspnée et les palpitations. Les cas de CMPP ont plus présenté de dyspnée au stade III NYHA (p < 0.001) et IV (p < 0.001). Cette tendance se retrouvait aussi pour les palpitations (p < 0.001). Conclusion : Cette étude de cas-témoins a permis de mettre en évidence les symptômes d’une grossesse physiologique dans plusieurs catégories de patientes (primipares, multipares, grossesses multiples). D’autre part, elle a révélé qu’il existait des différences notables dans le péripartum entre les femmes saines de celles atteintes de la CMPP. Ainsi, les plaintes de femmes gravides ne doivent plus être confondues ou banalisées sous peine de retarder le diagnostic d’une éventuelle CMPP, augmentant considérablement les risques de morbimortalités.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2017
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [31 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01464312
Contributeur : Bibliothèque Universitaire Rouen <>
Soumis le : vendredi 10 février 2017 - 10:56:56
Dernière modification le : mardi 5 juin 2018 - 10:14:34
Document(s) archivé(s) le : jeudi 11 mai 2017 - 12:38:12

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01464312, version 1

Citation

Chiheib Ghanzouri. Cardiomyopathie du péripartum‎ : diagnostic précoce à partir de symptômes cliniques, en médecine de ville. Médecine humaine et pathologie. 2017. 〈dumas-01464312〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

65

Téléchargements de fichiers

206