Intérêt de l'antigénurie pneumocoque dans la prise en charge des pneumopathies aiguës communautaires aux urgences de Pau

Résumé : Introduction : L’antigène urinaire pneumocoque (AUP) est utilisé couramment en pratique clinique dans les PAC. Néanmoins, son apport au diagnostic et son aide au traitement des PAC restent controversés. L’objectif de notre étude observationnelle aux urgences de Pau est triple. Primo, savoir si la réalisation de l’AUP modifie les pratiques de prescriptions d’antibiotiques. Secundo, savoir si le résultat de l’AUP une fois réalisé modifie l’antibiothérapie instaurée. Tercio, évaluer le taux de conformité aux recommandations Afssaps 2010 des modalités thérapeutiques et du type d’antibiothérapie, aux urgences de Pau durant la période de l’étude. Matériels et méthodes : Étude observationnelle, prospective et mono-centrique subdivisée en deux périodes menée d’octobre 2013 à janvier 2015 aux urgences de Pau. Etaient inclues les PAC de l’adulte immunocompétent ne présentant pas de critères d’admission en réanimation. Durant une première période « AVEC », l’AUP était réalisé systématiquement contrairement à la deuxième période « SANS ». Les antibiothérapies instaurées aux urgences étaient notées, ainsi que la durée d’antibiothérapie, le taux et la durée d’hospitalisation, le taux de mortalité et de transfert en réanimation. Résultats : 155 patients inclus dont 81 dans le groupe « AVEC » et 74 dans le groupe « SANS ». Le taux d’AUP positif est de 35 %. Nous n’avons pas constaté de différence significative sur les antibiothérapies instaurées, taux de mortalité, taux de transfert en réanimation, les durées d’hospitalisation et d’antibiothérapie dans le groupe « AVEC » et « SANS ». Il n’existe pas non plus de différence significative sur ces mêmes critères que le test soit positif ou négatif. 98% des antibiothérapies instaurées couvraient Streptococcus pneumoniae. Pour les patients ambulatoires, 33% des antibiothérapies sont conformes aux recommandations (amoxicilline et acide clavulanique prescrit au lieu de l’amoxicilline seule), 74 % pour les patients hospitalisés (25% de biantibiothérapies au lieu de monothérapies recommandées). Une économie d’environ 42 000 euros a été faite lors du blocage du test durant les six mois de la période « SANS ». Conclusion : La réalisation de l’antigénurie pneumocoque n’a pas modifié l’antibiothérapie des PAC aux urgences de Pau, ni la morbi-mortalité. Nous recommandons de ne pas la réaliser dans les PAC non sévères.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2016
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [6 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01468056
Contributeur : Bu Carreire Université de Bordeaux <>
Soumis le : mercredi 15 février 2017 - 10:30:25
Dernière modification le : mercredi 23 août 2017 - 16:41:37
Document(s) archivé(s) le : mardi 16 mai 2017 - 12:41:45

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01468056, version 1

Collections

Citation

Chahid El Ghattas. Intérêt de l'antigénurie pneumocoque dans la prise en charge des pneumopathies aiguës communautaires aux urgences de Pau. Médecine humaine et pathologie. 2016. 〈dumas-01468056〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

198

Téléchargements de fichiers

13