Épidémiologie des carcinomes épidermoïdes de l’urothélium à l’Île de la Réunion

Résumé : Objectif : les carcinomes épidermoïdes de l’urothélium sont des entités histopathologiques rares dans les pays occidentaux. Quelle que soit leur localisation au sein de l’urothélium, leur pronostic est le plus souvent sombre. Hormis les études publiées sur des cohortes de patients atteints de bilharziose, peu de données scientifiques publiées sont actuellement disponibles permettant d’optimiser leur prise en charge. Méthodes : Nous avons réalisé une étude rétrospective descriptive de l'ensemble des cas de carcinomes épidermoïdes des voies urinaires recensés entre 2011 et 2016 dans les bases de données du service d'anatomopathologie de notre centre hospitalier universitaire (CHU) et suivis au CHU. 22 dossiers ont été identifiés à partir de leur code ADICAP (UV E5T0-E7T9). Douze patients ont été exclus de notre analyse. Résultats : 10 cas de carcinomes épidermoïdes du tractus urinaire correspondants à nos critères ont été recensés : 7 vésicaux, 2 de la voie excrétrice supérieure, et 1 de l'urètre bulbaire. L'âge médian au diagnostic était de 55 (32-72) ans, et le sex-ratio de 1. 6/10 patients étaient tabagiques, 3 présentaient une vessie neurologique et un seul patient avait une bilharziose urinaire. 90% des tumeurs étaient de stade ≥T2. Sur les 7 patients ayant une localisation vésicale de leur carcinome épidermoïde, 3 ont eu une cystectomie dont 1 avec une radiothérapie adjuvante et 1 avec une chimiothérapie adjuvante. Les deux patients ayant une lésion de la voie excrétrice supérieure ont été traités par néphro-urétérectomie totale et néphrectomie élargie. Le patient avec la lésion urétrale a été traité par urétrorraphie et radiothérapie adjuvante. 3 patients opérés sur 6 sont décédés. Parmi les 4 patients non opérés, 1 a été traité par radiothérapie, 1 par radio-chimiothérapie et 2 ont reçu simplement des soins de confort. 3 sont décédés, 1 a été perdu de vue. La médiane de suivie de notre cohorte a été de 8,5 mois (2-42 mois) dont 2 perdus de vue. Chez les patients opérés la survie était de 50% à 18 mois. Conclusion : notre étude confirme que les carcinomes épidermoïdes de l'urothélium sont des lésions rares touchant des patients jeunes, avec des facteurs de risque bien identifiés. Le diagnostic est le plus souvent tardif et le pronostic réservé. Seul un diagnostic plus précoce chez les patients à risque et des études prospectives, - peut-être en regroupant tous ces cas rares dans un même registre -, pourraient améliorer le pronostic de ces lésions.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2016
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [22 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01468846
Contributeur : Bu Carreire Université de Bordeaux <>
Soumis le : mercredi 15 février 2017 - 18:29:31
Dernière modification le : mercredi 23 août 2017 - 16:41:37
Document(s) archivé(s) le : mardi 16 mai 2017 - 16:00:14

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01468846, version 1

Collections

Citation

Jérémy Fallot. Épidémiologie des carcinomes épidermoïdes de l’urothélium à l’Île de la Réunion. Médecine humaine et pathologie. 2016. 〈dumas-01468846〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

30

Téléchargements de fichiers

24