Traitement hormonal substitutif et prévention de l'ostéoporose

Résumé : Actuellement, on ne sait pas guérir l'ostéoporose. En effet, si un individu présente un déficit substantiel de masse osseuse, en dessous du seuil fracturaire, un traitement quel qu'il soit ne l'empêchera pas de rester ostéoporotique. L'ostéoporose est une maladie fréquente dont la morbi-mortalité ainsi que le retentissement économique sont élevés. D'où l'importance d'une stratégie préventive. Tous les professionnels de santé ont un rôle à jouer. La relation patient-médecin est primordiale. De son côté, le pharmacien joue un rôle de conseiller dans la prévention médicamenteuse et non médicamenteuse de l'ostéoporose. Jusqu'à aujourd'hui, le seul traitement préventif médicamenteux de l'ostéoporose était constitué par l'hormonothérapie substitutive. Elle a. prouvé son efficacité dans le traitement des signes climatériques liés à la ménopause mais ses effets bénéfiques au niveau cardiovasculaire semblent moins évidents. L'hormonothérapie est efficace au niveau osseux. Elle entraîne une augmentation de la densité minérale osseuse, une réduction de la résorption osseuse et une probable diminution du risque fracturaire qui reste à valider par une méthodologie irréprochable. Ces effets bénéfiques sont durables dans le temps, tant que le traitement est poursuivi. En effet, dès l'arrêt du traitement, la perte osseuse reprend. Donc, pour prévenir la fracture du col du fémur, fracture la plus grave, qui survient en moyenne à 80 ans, il faudrait prendre le THS pendant plus de 15 ans. Mais assure-t-il toute la sécurité nécessaire à un traitement d'une telle durée? A ce jour, on ne peut ni affirmer, ni nier, que le THS augmente le risque de cancer du sein. Peut-on, dans ces conditions, demander à quelqu'un de prendre un traitement de quinze ans sans être sûr de son innocuité ? Certains proposent un traitement en deux temps afin de minimiser ce risque mais le risque, s'il existe, serait toujours présent. De nouveaux traitements apparaissent. On trouve maintenant les phyto-estrogènes, les SERMs, les biphosphonates et la tibolone. Tous ont montré une efficacité plus ou moins importante au niveau osseux et une absence de toxicité mammaire. Alors, quelle place occupera encore le THS dans la prévention de l'ostéoporose dans dix ans ?
Type de document :
Mémoires
Sciences pharmaceutiques. 2000
Liste complète des métadonnées

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01472360
Contributeur : Jean-Hugues Morneau <>
Soumis le : lundi 20 février 2017 - 16:34:59
Dernière modification le : mercredi 23 août 2017 - 16:41:35
Document(s) archivé(s) le : dimanche 21 mai 2017 - 15:13:55

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01472360, version 1

Citation

Céline François. Traitement hormonal substitutif et prévention de l'ostéoporose. Sciences pharmaceutiques. 2000. 〈dumas-01472360〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

136

Téléchargements de fichiers

14