Régulation de la continuité des soins par les médecins généralistes. À propos de l’expérimentation de la régulation diurne au SAMU centre 15 du Havre depuis novembre 2014

Résumé : En novembre 2014, l’AMUH s’est investie, en accord avec l’ARS de Haute Normandie, et les autres effecteurs de la permanence de soins, dans la régulation diurne des appels au numéro du médecin de garde. Depuis, un médecin généraliste régule de 7h à 10h et de 17h à 20h du lundi au vendredi au CRRA du SAMU 76B du Havre. Méthodologie : Cette étude épidémiologique descriptive transversale, vise, à l’aide d’un questionnaire adressé aux patients appelant le 15 ou le 02.32.73.32.33., à démontrer l’efficacité de la présence de médecins généralistes en régulation de la continuité des soins. Cette étude permet aussi d’avoir un aperçu des usagers de la régulation diurne. Sur les 872 patients ayant appelé entre 7h et 20h du 06 au 10 juin 2016, 485 patients ont été sélectionnés par rapport à leur classement dans le logiciel du SAMU en « conseils » et « médecine libérale ». Résultats : 327 patients ont accepté de répondre à notre questionnaire. Un tiers des patients environ a moins de 20 ans, et 60% sont des femmes. 66% viennent de l’agglomération havraise. 60% ont appelé le 02.32.73.32.33. 55% des appels sont pris par des permanenciers, et 45% par des médecins généralistes. Un tiers des patients n’a pas tenté de joindre son médecin traitant, et 29% jugent le délai de rendez-vous trop long. La majorité des patients (45%) sont orientés vers le médecin de garde de secteur, 15% reçoivent un conseil, 15% reçoivent un médecin de garde en visite, 12% sont adressés aux urgences. La grande majorité des patients (83%) suivent l’orientation donnée par le régulateur. On remarque que les médecins généralistes orientent moins les patients vers les urgences que les permanenciers (6,8% contre 16,6%). Les permanenciers donnent plus de conseils (18,2% contre 11,6%) mais les médecins généralistes font plus de télé-prescriptions (18%) que les permanenciers (12%). Les médecins généralistes adressent plus les patients aux médecins de secteur ou à la Domus que les permanenciers (59% contre 38%), mais les permanenciers envoient plus le médecin en visite que les médecins libéraux (19% contre 10%). Conclusion : Les conditions de réalisation de l’étude ne permettent pas de donner une réponse formelle, mais on remarque que les médecins généralistes envoient moins les patients vers les urgences que les permanenciers, et font plus de télé-prescription. Continuer cette expérimentation, voire étendre les plages horaires de régulation libérale devrait engendrer une économie en terme de consultations inutiles aux urgences ou chez les médecins de garde en ugmentant la part de conseils. Il faudrait pouvoir réitérer cette étude avec randomisation des patients entre médecins libéraux et permanenciers pour avoir une réponse statistiquement valable.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2017
Liste complète des métadonnées

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01472900
Contributeur : Bibliothèque Universitaire Rouen <>
Soumis le : mardi 21 février 2017 - 14:37:58
Dernière modification le : vendredi 13 avril 2018 - 16:44:03
Document(s) archivé(s) le : lundi 22 mai 2017 - 15:31:02

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01472900, version 1

Citation

Hélène Lecoq. Régulation de la continuité des soins par les médecins généralistes. À propos de l’expérimentation de la régulation diurne au SAMU centre 15 du Havre depuis novembre 2014. Médecine humaine et pathologie. 2017. 〈dumas-01472900〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

173

Téléchargements de fichiers

66