Permanence de soins ambulatoires dans l'Oise‎ : étude de la maison médicale de garde de Compiègne

Résumé : Introduction : la maison médicale de garde (MMG) de Compiègne a été créée en avril 2010, faisant suite aux gardes postées assurées par les médecins généralistes volontaires de Compiègne et de sa région dans leur cabinet dans le cadre de la permanence de soins ambulatoires. Elle a pour but d’offrir à la population locale et aux médecins de garde un lieu de consultation bien identifié et sécurisé. Objectif : l’objectif de ce travail était d’évaluer le fonctionnement de la MMG de Compiègne au cours de ses quatre premières années d’activité et de connaitre les attentes des patients, des médecins et agents d’accueil, en vue d’une amélioration de ce dispositif de permanence de soins ambulatoires et de sa pérennisation. Méthode : l’évaluation a été organisée autour de quatre axes d’étude. Le premier axe concernait l’activité de la MMG, à travers une analyse rétrospective des données recueillies depuis l’ouverture en avril 2010 jusqu’en décembre 2014. Les second, troisième et quatrième axes d’étude se sont intéressés au point de vue des patients, des médecins et agents d’accueil, au travers de trois questionnaires. Résultats : l’activité de la MMG a augmenté de 142% en quatre ans, comprenant une part importante de consultations pédiatriques (les enfants de moins de seize ans représentaient en moyenne 47.8% de l’activité globale) et de patients résidant sur le secteur de Compiègne. Le mode d’adressage des patients s’effectuait principalement par la régulation médicale du SAMU-Centre 15 au cours de la première année (à 56%) puis a évolué vers une part plus importante (à 66%). Pour une majeure partie des patients (à 69%), la consultation s’imposait car une urgence était perçue, cette même proportion aurait été aux urgences en l’absence de MMG. La dispense d’avance des frais sur la part obligatoire n’était pas systématiquement appliquée et demeurait dépendante des médecins. Les patients étaient globalement satisfaits de la prise en charge (à 98.9%). Une majorité d’entre eux auraient souhaité une extension des plages de consultation en semaine de 20 heures à minuit mais cette proposition s’est heurtée à deux obstacles : la réticence des médecins et un coût de fonctionnement élevé. Les médecins étaient satisfaits des conditions de travail, de la rémunération et certains avaient projeté de poursuivre leur participation à la PDSA. Pour la majorité des agents d’accueil, leur collaboration avec les omnipraticiens était assez satisfaisante. Comme le note les agents, la demande de soins ambulatoires peut se heurter à un manque de créneau horaire. Une carence d’information et de communication sur l’existence de la MMG avait été relevée autant par les patients, les médecins que les agents d’accueil. Discussion : quelque soit la population cible, le taux de réponse n’est pas optimal mais suffisant pour mener à bien cette étude. Les urgences ont bien intégré le protocole d’admission de la MMG et participe à la diffusion du principe de fonctionnement auprès des patients. L’ancienneté de la MMG, sa localisation idéale et ses plages horaires sont en lien direct avec son activité. Sa renommée n’est plus à faire aux vues de la confiance (à 100%) accordée par ses usagers. L’amélioration de son organisation de base satisfaisante permettra de « renforcer » son contingent d’effecteurs et d’agents d’accueil. Au vu de la discordance entre la théorie et la pratique concernant l’application du tiers-payant ; en prenant également en compte le rapport du Dr Grall [21] sur le risque de déresponsabilisation et de consumérisme médical en cas de tiers-payant systématique, la question d’une adaptation du cahier des charges de la PDSA se pose. Le rôle de la MMG de « décharger » les Urgences en « absorbant » les demandes de soins ambulatoires assure une certaine liberté aux collègues urgentistes qui pourront prendre en charge la « vraie » urgence. Conclusion : la création de la MMG a permis de répondre aux besoins des patients d’avoir un lieu de consultation à proximité, leur permettant un accès à un médecin de garde dans des délais très raisonnables. Une meilleure communication autour de la MMG auprès du grand public, des professionnels de santé (médecins généralistes, services d’urgences hospitalières, régulation médicale du SAMU, professionnels paramédicaux) et élèves infirmières permettrait à la MMG de trouver un équilibre entre une activité de soins stable ainsi que régulière et le maintien d’un nombre suffisant d’effecteurs pour le fonctionnement des gardes.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2016
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [6 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01477814
Contributeur : Philippe Barbey <>
Soumis le : lundi 27 février 2017 - 16:45:23
Dernière modification le : mercredi 23 août 2017 - 16:30:00
Document(s) archivé(s) le : dimanche 28 mai 2017 - 13:52:16

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01477814, version 1

Collections

Citation

Suleiman Azy. Permanence de soins ambulatoires dans l'Oise‎ : étude de la maison médicale de garde de Compiègne. Médecine humaine et pathologie. 2016. 〈dumas-01477814〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

92

Téléchargements de fichiers

73