Essai d'approche expérimentale de la thérapeutique homéopathique

Résumé : La vitalité de la thérapeutique homéopathique depuis sa formulation par S. HAHNEMANN il y a près de 150 ans, et les nombreux témoignages de guérisons, posent une sérieuse interrogation au médecin moderne. En effet si ces guérisons sont bien réelles on doit pouvoir les mettre en évidence. Or on ne trouve aucune démonstration statistique moderne de guérison homéopathique. Bien plus les homéopathes prétendent que cette démonstration de l'homéopathie par la médecine moderne est impossible. Sur le plan scientifique lorsqu'une théorie ne peut être vérifiée par une méthode c'est que ou bien la théorie est fausse, ou bien la méthode est insuffisante. Dans cette recherche nous avons tenté, d'une part de vérifier statistiquement l'action des médicaments homéopathiques sur l'homme malade, d'autre part d'examiner si cette approche de l'homéopathie était correcte sur le plan méthodologique. Le premier chapitre expose la thérapeutique homéopathique dont l'originalité est le principe ou la loi de similitude. En conséquence la thérapeutique concerne les malades dans ce qui les caractérise et dans tout ce qui les caractérise, et non des maladies. Le deuxième chapitre est une revue des recherches expérimentales en homéopathie. Ces travaux prouvent sans équivoque l'action des dilutions homéopathiques même les plus élevées jusqu'à la 15 CH, mais ils ne montrent pas d'une manière formelle que la notion de similitude soit une loi biologique. En effet ils ne reposent que sur certains aspects particuliers de la Similitude : la notion d'identité, la notion d'analogie anatomo-pathologique. De plus ils ne portent pas sur l'homme mais sur des animaux ou des végétaux. C'est pourquoi nous avons réalisé chez l'homme un essai clinique des médicaments homéopathiques. Afin de satisfaire à l'exigence du caractère aveugle de l'essai il a fallu accepter une réduction de la notion de Similitude en considérant des maladies et non des malades. Cette expérience qui a duré 6 mois et porté sur près de 500 cas est relatée dans le troisième chapitre. Les résultats ne sont pas significatifs. Bien que l'impossibilité de conclure cette expérience soit liée à différentes causes, tant au niveau de l'élaboration du protocole que de sa réalisation, nous nous sommes demandés si la méthode expérimentale de Claude BERNARD qui est le critère scientifique de la médecine moderne, est bien adaptée pour apprécier une thérapeutique aussi originale que l'homéopathie. En d'autres termes la médecine expérimentale est-elle une méthode universelle ? Le quatrième chapitre présente en premier lieu l'étude critique de la thérapeutique homéopathique par la méthode expérimentale, où l'homéopathie apparait comme une théorie qui n'a pas encore reçu de preuve expérimentale. Puis dans un deuxième temps les fondements de la médecine expérimentale, où il apparait que la méthode de C. BERNARD repose également sur des principes ou axiomes restrictifs. Dans ces conditions il n'est pas évident que la méthode expérimentale convienne pour résoudre l'ensemble des problèmes thérapeutiques, ni pour porter un jugement définitif sur l'homéopathie. Parallèlement à la médecine expérimentale, la thérapeutique homéopathique se présente comme une technique fondée sur des hypothèses originales, et dont le champ d'application n'est pas superposable. En particulier la médecine expérimentale considère la maladie comme une donnée, elle semble par conséquent limitée aux affections où un organe vital est totalement détruit ou incapable de fonctionner. En regard l'homéopathie envisage le phénomène morbide comme un processus dynamique en perpétuel ajustement et parait particulièrement adaptée pour résoudre la grande majorité des problèmes thérapeutiques qui se présentent comme des dérèglements. Il apparait aussi vain de vouloir prouver ou réfuter l'homéopathie par la médecine expérimentale, que de contester la théorie de la relativité par la physique de NEWTON. Bien au contraire il n'est pas impossible que la généralisation de la thérapeutique homéopathique donne le jour à des découvertes biologiques nouvelles confirmant par là le bien-fondé de la technique. L'objet de la recherche en homéopathie chez l'homme ne nous parait pas être de tenter de prouver ou réfuter cette technique au moyen d'essais cliniques reposant sur la notion de maladie, mais plutôt d'étudier de manière rigoureuse les hypothèses de la médecine homéopathique afin de découvrir de nouveaux déterminismes et réduire l'intervention du hasard en médecine.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 1979
Liste complète des métadonnées

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01482151
Contributeur : Jean-Hugues Morneau <>
Soumis le : vendredi 3 mars 2017 - 11:57:17
Dernière modification le : mercredi 23 août 2017 - 16:30:00
Document(s) archivé(s) le : mardi 6 juin 2017 - 12:39:17

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01482151, version 1

Citation

Jean Estrangin. Essai d'approche expérimentale de la thérapeutique homéopathique. Médecine humaine et pathologie. 1979. 〈dumas-01482151〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

114

Téléchargements de fichiers

144