Essai de codification d'une thérapeutique multidisciplinaire des carcinomes du revêtement ovarien

Résumé : Le cancer de l'ovaire occupe le cinquième rang de fréquence parmi les cancers de la femme, et le quatrième pour la mortalité. Son incidence maximale se situe entre 50 et 70 ans. Son pronostic est effroyable ; quatre chiffres l'expliquent aisément : ● 35 % seulement des diagnostics sont faits aux stades l à lla (formes localisées) ayant un taux de survie à 5 ans de 52 %, ● alors que 65 % des diagnostics sont faits pour des formes plus diffuses (stades llb à IV), ayant un taux de survie à 5 ans de seulement 15,4 %. L'affection débutante est généralement asymptomatique. Les premiers signes cliniques sont souvent insidieux et peu spécifiques (troubles digestifs notamment... ) ; l'examen gynécologique s'en trouve retardé. De plus, malgré les nombreux efforts réalisés ces dernières années à propos du dépistage, aucun moyen pratique ne permet actuellement un diagnostic plus précoce. Tout tient en fait à quelques signes de présomption non pathognomoniques, qui doivent précipiter la patiente entre les mains d'un gynécologue averti. En cas de tumeur de l'ovaire suspectée, on aura recours aux examens complémentaires dans deux buts : soit pour confirmer la nature ovarienne d'une masse pelvienne, ou en cas de tumeur de petit volume, pour confirmer sa nature néoplasique ; soit comme bilan d'extension. Mais le temps essentiel reste la LAPAROTOMIE EXPLORATRICE qui renseignera sur l'étendue de la tumeur (classification FIGO) et sur son type histologique (classification de l’OMS). Ceci réalisé, tout est à faire : la CHIRURGIE reste le geste primordial ; en réséquant le maximum de tumeur, elle permettra une meilleure action des deux autres thérapeutiques complémentaires : ● LA RADIOTHERAPIE, méthode tumoricide éprouvée, bien codifiée, avec notamment la technique du «moving-strip field», mais parfois difficile à réaliser jusqu'au bout (mauvais état général, effets secondaires…) ; de toute façon, utile et raisonnable uniquement dans les cas où la tumeur résiduelle est inférieure à 2 cm. ● et LA CHIMIOTHERAPIE, qui représente en fait le seul véritable espoir de ces tumeurs : monochimiothérapie ou polychimiothérapie ? Ceci reste une question difficile à trancher. Quant à l'IMMUNOTHERAPIE et à l'HORMONOTHERAPIE, elles n'occupent pas encore une place importante dans l'arsenal thérapeutique. Actuellement, l'absence d'études «randomisées» ne permet pas de conclure au meilleur protocole possible. Dès que la thérapeutique est mise en route, tout ne fait que commencer. Une surveillance stricte s'impose. Celle-ci devra être clinique, biologique (pour apprécier la tolérance de la patiente), immunologique (pour dépister une éventuelle résurgence infraclinique), cytologique (ponction du Douglas...). Le «second-look» sera ensuite proposé au moment jugé le plus opportun (en principe un an plus tard). Lui seul permettra de vérifier la cavité abdominale dans son ensemble. Nous espérons que ce travail atteindra le triple but que nous nous sommes proposés, à savoir : ● Permettre la synthèse des dernières connaissances acquises tant au point de vue clinique que paraclinique et surtout thérapeutique ; ● Proposer une observation type et un protocole ; ● et enfin, contribuer à diffuser l'idée de la nécessité de l'existence des groupes d'études (EORTC, Groupe Ovaire, GHAST....).
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 1977
Liste complète des métadonnées

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01482447
Contributeur : Jean-Hugues Morneau <>
Soumis le : vendredi 3 mars 2017 - 15:41:10
Dernière modification le : mercredi 23 août 2017 - 16:30:00
Document(s) archivé(s) le : mardi 6 juin 2017 - 12:43:27

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01482447, version 1

Citation

Jacques Chabal. Essai de codification d'une thérapeutique multidisciplinaire des carcinomes du revêtement ovarien. Médecine humaine et pathologie. 1977. 〈dumas-01482447〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

28

Téléchargements de fichiers

91