Le praticien et la sexologie : à propos d'une consultation en sexologie humaniste, 1000 observations, suivie d'une étude sur les thérapies sexuelles en France

Résumé : Nous avons eu comme sujet d'étude 1.000 dossiers de consultation en Sexologie Humaniste. La Sexologie Humaniste approche le symptôme sexuel par trois techniques : celle de MASTERS et JOHNSON, celles de la Psychologie Humaniste (Bioénergie, Gestalt-thérapie…) et les méthodes de restructuration du National Sex Forum de San Francisco. La consultation a trois but essentiels : poser un diagnostic sexologique et rechercher une étiologie organique éventuelle, découvrir les vraies motivations des consultants, poser une indication thérapeutique précise. Des moyens originaux sont mis en œuvre : un cadre qui rompt avec la situation habituelle, un couple mixte de thérapeutes, un déroulement particulier de l'entretien. Les mille dossiers représentent 1.551 personnes, dont 55 % de consultants venus en couple, 45 % venus seuls dont une majorité d’hommes. Ils ont entre 17 et 75 ans, mais la plus grande part s'inscrit dans la tranche d’âge de 25 à 39 ans. 75 % d’entre eux viennent de la région parisienne, lieu géographique de la consultation. Sur le plan socio-professionnel, par rapport aux données de l’INSEE concernant la population parisienne, il semble que la consultation touchait peu les ouvriers ; que les catégories socio-professionnelles les plus représentées en valeur relative étaient les professions de santé, les professions libérales, les enseignants ; que toutes les catégories socio-professionnelles étaient représentées. Parmi cette population, nous avons dénombré : 214 hommes atteints d’éjaculation précoce, 77 hommes qui voient leur EP se compliquer d'impuissance secondaire, 281 hommes atteints d’impuissance isolée, 84 hommes où l'impuissance vient compliquer une autre dysfonction sexuelle masculine, 26 hommes atteints d'anéjaculation, 10 cas d’anorgasmie masculine, 185 femmes atteintes de frigidité, 104 femmes atteintes d’anorgasmie, 47 femmes atteintes de vaginisme. Chez l’un et l’autre sexe : 13 cas d'absence de besoins sexuels, isolée de tout dysfonctionnement sexuel. Enfin, 45 mariages non consommés. Dès l’issue de la première consultation, parmi les sujets venus en couple, nous avons constaté dans 50 % des cas, (sauf pour l’impuissance : 1/3 des cas) que l’un et l’autre présentent un symptôme sexuel, qu’ils en soient conscients l’un ou l’autre ou non. D'où l'importance de prendre en considération le couple à travers ses deux constituants. Nous avons retrouvé 54 personnes concernées par l’homosexualité (52 hommes et 2 femmes, soit près de 6 % des hommes ayant consulté). Certains sont venus pour un symptôme sexuel, certains pour un problème de couple, et d'autres parce qu’ils vivaient plus ou moins bien leur homo ou leur bi-sexualité. Dans un autre domaine, nous avons retrouvé et étudié 5 observations de DonJuanisme, 3 de nymphomanie, 13 de relations sadomasochistes, 6 d’exhibitionnisme, 3 de pédophilie, 7 de fétichisme et 1 de transsexualisme. En dehors du symptôme sexuel, la première motivation pour consulter le sexologue, dans un couple est la peur ou la douleur d'être trompé (entre 15 et 20 % des couples). Ensuite, parmi l'ensemble des consultants, toutes les motivations sont possibles : l’instance de divorce, l’arrêt des relations sexuelles, le projet de mariage, la stérilité, la dysmorphophobie, être puceau ou pucelle… La connaissance du ou des motifs qui ont décidé le sujet à consulter est indispensable afin de comprendre la dynamique du couple et cela avant de poser une indication thérapeutique. A travers ces mille observations la part des étiologies organiques est pauvre : la quasi totalité des consultants ont déjà vu maints médecins, généralistes ou spécialistes, avant d'aboutir au sexologue. Le praticien est en effet souvent le premier à qui les gens pourront confier leurs difficultés, par là expliquer et dédramatiser leur situation. Il pourra entreprendre le bilan clinique mieux que quiconque, connaissant le malade, évitant parfois les bilans trop lourds ; il pourra aussi les orienter et entreprendre l’approche psychothérapeutique. Quant à la thérapie proprement dite : sur le plan organique elle est soit abordable, soit impossible. Sur le plan psychologique il en est de même, mais pour des raisons différentes : abordable par toutes les formes de thérapies béhavioristes, psychothérapeutiques classiques ou humanistes, en relation duelle ou en groupe. Impossible de par le manque de motivation personnelle : personne ne peut pousser quelqu’un là où il n’a pas envie d’aller ; impossible aussi de par le manque de thérapeutes formés à la sexologie actuellement en France. Le médecin généraliste trouve sa place où il veut, en fonction de son désir à répondre à la demande sexologique qui lui parvient. Mais il rencontre un accueil monumental : l’absence presque totale d'information - de Formation - de prise en charge pour « lui-même-face-au-symptôme-sexuel »…
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 1977
Liste complète des métadonnées

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01482609
Contributeur : Jean-Hugues Morneau <>
Soumis le : vendredi 3 mars 2017 - 16:46:03
Dernière modification le : mercredi 23 août 2017 - 16:30:00
Document(s) archivé(s) le : mardi 6 juin 2017 - 12:30:25

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01482609, version 1

Citation

Marie-Christine Voyron-Lemaire, Jacques Voyron. Le praticien et la sexologie : à propos d'une consultation en sexologie humaniste, 1000 observations, suivie d'une étude sur les thérapies sexuelles en France. Médecine humaine et pathologie. 1977. 〈dumas-01482609〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

93

Téléchargements de fichiers

48