A propos de 1618 épurations extra-rénales : bilan des 20 premiers mois d'activité du centre d'épuration du CHU de Grenoble

Résumé : Le bilan des 20 premiers mois d'activité du Centre d'Epuration Extra-Rénale du Service de Réanimation et de Néphrologie (C.H.U. de Grenoble) est rapporté. Il permet de mettre en évidence 4 faits : 1°) L'insuffisance rénale est l'indication majeure, les autres indications se réduisant à deux intoxications polymédicamenteuses ; 2°) Le nombre de malades traités pour insuffisance rénale est sensiblement également réparti entre "aigus" et "chroniques" ; 3°) L'hémodialyse des chroniques représente l'essentiel du nombre total des séances ; 4°) La dialyse péritonéale garde une place de choix dans les méthodes d'épuration extra-rénale. Un diagramme des épurations extra-rénales (EER) relate l'histoire du Centre (figure n° 17). Elle se caractérise en premier lieu par la régularité et le faible pourcentage des EER pour insuffisance rénale aiguë. Sur les 451 malades reçus dans le service, il a été dénombré 114 rénaux dont 68 insuffisances rénales aiguës ; 22 ont nécessité une épuration extra-rénale : un malade par mois en moyenne, 41 % des insuffisances rénales aiguës étiquetées organiques, 4 % du total des EER. Il est probable qu'une compréhension toujours plus précise des phénomènes pathologiques qui engendrent l'insuffisance rénale aiguë, permettra dans le futur de diminuer ces pourcentages en réservant l'EER aux insuffisances rénales aiguës dont l'organicité est irréfutable. La deuxième caractéristique est l'existence de 3 paliers dans le traitement de l'insuffisance rénale chronique : - une progression rapide les premiers mois, expliquée par les indications posées avant l'ouverture du Centre par le Service de Néphrologie et le rapatriement des malades envoyés dans d'autres centres ; - un plateau correspondant au traitement de 14 malades effectifs ; - une amorce de chute le dernier mois liée au début du programme de transplantations et l’envoi de ce fait de 2 malades dans un centre annexe pour décharger le service. Les différentes indications d'épuration extra-rénale que nous avons rencontrées dans notre pratique et leurs critères sont analysés : A) Dans l'insuffisance rénale aiguë, il est retenu que seule l'hyperkaliémie réalise une indication d'extrême urgence. Le choix de la méthode, la détermination du moment de mise en œuvre, le rythme des séances, restent fonction de la silhouette particulière que chaque malade et que chaque processus pathologique imprime à l'insuffisance rénale aiguë. B) Le difficile problème de sélection du malade arrivé au terme d'une insuffisance rénale chronique est étudié. La surveillance attentive à la survenue de complications liées à l'état antérieur, en particulier cardiovasculaire et de celles propres à la dialyse est détaillée. Il est une fois de plus retenu que la qualité du traitement reste essentiellement liée au bon fonctionnement du court-circuit artério-veineux. C) La durée de la séance d'hémodialyse, la technique d'abord vasculaire caractérisent les indications pour intoxications polymédicamenteuses. Le Centre est implanté dans un service de Réanimation polyvalente où l'épuration extra-rénale est une technique de suppléance parmi d'autres en particulier respiratoire et hépatique. Cette coexistence, essentielle pour le traitement de l'insuffisance rénale aiguë prête à discussion quant à celui de l'insuffisance rénale chronique pour des raisons bactériologiques et surtout psychologiques évidentes. La disposition architecturale du service a permis une séparation correcte sur le plan bactériologique. Une sectorisation plus stricte encore est prévue dans les locaux du nouveau service. L'existence à Grenoble de la Société Grenobloise d'études et d'applications hydrauliques (SOGREAH) et de son département dialyse a ouvert la voie à une étroite coopération qui permet de l’utiliser au mieux et de faire progresser le matériel nécessaire à la dialyse. L’avenir du Centre est conditionné par son implantation. Il est difficile de concevoir une multiplication des postes de dialyse qu'entraînerait inéluctablement et à brève échéance le nombre toujours plus grand de malades chroniques pouvant bénéficier de la survie assurée par l'hémodialyse. Plus que dans la mise en route d'un programme de dialyse à domicile, cet avenir est vu à travers la seule thérapeutique non palliative de l'insuffisance rénale chronique : la transplantation, l'hémodialyse permettant l'attente du greffon et la dédramatisation de l'échec. La première transplantation rénale a eu lieu le 15 Avril 1969, 19 mois 1/2 après l'ouverture du Centre.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 1969
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [6 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01483541
Contributeur : Jean-Hugues Morneau <>
Soumis le : lundi 6 mars 2017 - 09:55:49
Dernière modification le : mercredi 23 août 2017 - 16:30:01
Document(s) archivé(s) le : mercredi 7 juin 2017 - 12:32:13

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01483541, version 1

Citation

Hamid Meftahi. A propos de 1618 épurations extra-rénales : bilan des 20 premiers mois d'activité du centre d'épuration du CHU de Grenoble. Médecine humaine et pathologie. 1969. 〈dumas-01483541〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

38

Téléchargements de fichiers

16