Abord de la physiologie et de la pathologie veineuse des membres inférieurs à l'aide de la pléthysmographie avec occlusion : perspectives d'utilisation clinique courante

Résumé : La Fonction Veineuse participe à l'homéostasie générale en modifiant sa capacité qui représente 80% du volume vasculaire sanguin. Son expansion est régie par des phénomènes élastiques à haut pouvoir de distensibilité. La réduction du réservoir est placée sous contrôle exclusivement sympathique, et s'exprime par une veinoconstriction active sur un fond de tonus veineux permanent. La circulation veineuse dépend de plusieurs facteurs combinés : pression hydrostatique, force propulsive du cœur gauche, forces aspiratives cardiothoraciques, veino-motricité, pompe musculo-veineuse dont le fonctionnement nécessite l'intégrité du système valvulaire veineux (Chap. I). La rhéopléthysmographie tétrapolaire apparaît comme une méthode de choix pour l'appréciation des modifications de volume du membre. Lorsqu'elle est associée à une occlusion veineuse, elle permet d'apprécier les fonctions artérielle, capillaire, lymphatique, interstitielle et surtout veineuse. Le fonctionnement du réseau vasculaire d'un membre normal ou pathologique, avec ou sans occlusion du retour veineux, apparait clairement sur un modèle analogique hydraulique (Chap III). Celui-ci permet de définir quels sont les paramètres hémodynamiques à explorer chez le sujet normal ou pathologique par deux épreuves d'occlusion : une occlusion rapide dont les répercussions sur le volume du membre sont enregistrées en fonction du temps (Tracé Volume/Temps) et une occlusion lente, recueillie extemporanément sur un Diagramme Pression/Volume (DPV) (Chap. III). L'examen s'effectue sur un sujet en décubitus dorsal, avec les membres inférieurs surélevés selon une position de drainage veineux bien définie (Chap. IV). Les résultats obtenus concernent 154 membres de 76 sujets sains ou pathologiques. Ils ont trait à la résistivité des tissus, au débit artériel régional du membre, à la distensibilité veineuse, au drainage veineux, à la pression veineuse profonde du membre, plus élevée chez l'homme que chez la femme, aux phénomènes de saturation et de motricité veineuses. On envisage les modifications du fonctionnement vasculaire local, après entraînement sportif, ou dans le cadre de la pathologie des varices ou des œdèmes. Elles sont particulièrement nettes dans la thrombose veineuse profonde (Chap. V). Ce travail ne représente pas une étude statistique, mais essentiellement la mise au point d'une méthode d'exploration fonctionnelle veineuse, qui s'intègre dans le cadre de l'exploration hémodynamique cardio-vasculaire. Cette méthode non agressive, peu onéreuse, ne nécessite aucune préparation du sujet examiné. Elle peut être répétée indéfiniment, grâce à son innocuité, et complète les notions apportées par la phlébographie ou la fixation du Fibrinogène marqué à l’iode 125.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 1974
Liste complète des métadonnées

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01485576
Contributeur : Jean-Hugues Morneau <>
Soumis le : jeudi 9 mars 2017 - 09:44:07
Dernière modification le : mercredi 23 août 2017 - 16:41:35
Document(s) archivé(s) le : samedi 10 juin 2017 - 13:37:32

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01485576, version 1

Citation

Alain Franco. Abord de la physiologie et de la pathologie veineuse des membres inférieurs à l'aide de la pléthysmographie avec occlusion : perspectives d'utilisation clinique courante. Médecine humaine et pathologie. 1974. 〈dumas-01485576〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

51

Téléchargements de fichiers

9