Bilan après 6 mois de l’expérience IDECC II : évaluation de la perception par les médecins généralistes du rôle de l’IDECC, état des lieux et axes d’améliorations

Résumé : Introduction : la population atteinte de cancer ne cesse d’augmenter face à des structures de soins avec un nombre de lits limités. Il y a un accroissement de la prise en charge ambulatoire de ces patients en médecine générale et une diminution des durées moyennes de séjours hospitaliers. Une coordination ville/hôpital optimale est nécessaire mais elle se heurte à de nombreux écueils. Il apparait que le médecin généraliste peut être mis en difficulté lors de la gestion des patients atteints de cancer en ambulatoire. Une des solutions retenues est la création d’un nouveau métier de la santé : l’Infirmière DE Coordination en Cancérologie (IDECC) dans le cadre d’un projet pilote national Expérimentation IDEC II sous l’égide du plan cancer III. Objectifs : l’objectif principal de ce travail est de savoir « quelles sont les attentes des médecins généralistes dans la coordination ville/hôpital en cancérologie notamment au travers de l’IDECC ? », et les objectifs secondaires abordés sont l’évaluation par les médecins du rôle de l’IDECC et l’identification des difficultés de la prise en charge de ces patients. Méthodes : notre enquête est une étude transversale descriptive par questionnaire auto administré envoyé par email et mené chez 185 médecins généralistes tirés consécutivement des files actives des patients des 3 IDECC des CHU de Bordeaux en 2016. Résultats : 26 répondeurs soit 14% de l’effectif total. Les médecins généralistes hiérarchisent les missions de l’IDECC les plus compatibles avec leur activité avec au premier rang le rôle d’information au patient, en second le soutien psychologique puis la coordination des intervenants et en dernier l’évaluation des besoins du malade. Les attentes des médecins de l’IDECC concernent le rôle de transmission de l’information 44% plutôt d’accord et 44% très d’accord ; 64% très d’accord pour le rôle d’éducation du patient, 72% très d’accord pour le rôle de soutien psychologique et 41,67% pas d’accord sur le rôle d’aiguillage administratif. Les médecins jugent le rôle de l’IDECC plutôt important à 64%. La principale difficulté à la prise en charge exprimée par les médecins est le défaut de connaissance des nouvelles thérapies et des effets secondaires. Les médecins ne savent pas ce qu’est une IDECC dans 80,77% des cas et trouvent qu’elle manque de visibilité dans 87,5% des cas. Conclusion : les médecins attendent de l’IDECC qu’elle remplisse des missions d’éducation aux patients et de soutien psychologique. Les médecins soulignent une difficulté à la prise en charge liée au défaut de connaissance et sont en demande de formation. Il faut rendre plus visible les nouveaux métiers de la santé, les médecins généralistes n’utilisant que les services dont ils ont la connaissance. Des outils pour apprécier l’avis du médecin généraliste sur la coordination sont à développer d’autant plus qu’il est le coordinateur de soins par défaut.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2017
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [14 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01490025
Contributeur : Bu Carreire Université de Bordeaux <>
Soumis le : mardi 14 mars 2017 - 18:25:44
Dernière modification le : mercredi 23 août 2017 - 16:41:34
Document(s) archivé(s) le : jeudi 15 juin 2017 - 15:00:09

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01490025, version 1

Collections

Citation

Darios De La Cruz. Bilan après 6 mois de l’expérience IDECC II : évaluation de la perception par les médecins généralistes du rôle de l’IDECC, état des lieux et axes d’améliorations. Médecine humaine et pathologie. 2017. 〈dumas-01490025〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

102

Téléchargements de fichiers

69