Chercher l'erreur : les bons élèves d'après leur enseignant le sont-ils également au regard du test orthophonique ? Étude comparative auprès de 30 enfants et 4 enseignants

Résumé : Concernant les troubles du langage écrit, l’orthophoniste est souvent confronté, dans sa pratique, à des distorsions entre le motif de consultation initial, le profil obtenu aux tests normés et la réalité clinique d’un même enfant. Nous nous sommes alors demandé ce qui pouvait en être à l’origine. D’après nos connaissances théoriques et nos lectures, et sachant que nos patients sont souvent adressés par leur enseignant, nous avons élaboré l’hypothèse suivante : dans l’identification de la pathologie du langage écrit, il existe un écart entre la représentation qu’a l’enseignant de la norme et la norme relative au test étalonné. Pour vérifier cette hypothèse, nous avons mis au point une double expérimentation. La première cherchait à objectiver, grâce à un test étalonné, une pathologie orthographique chez des enfants perçus comme de bons élèves par leurs enseignants. Nous avons donc soumis ces enfants à la passation du « Chronosdictées ». Ensuite, afin de vérifier si la maîtrise du langage écrit, donc de l’orthographe, était bien un critère d’identification des bons élèves d’après les enseignants, nous avons mis au point un questionnaire à leur destination. Cette deuxième expérimentation était aussi l’occasion de recueillir davantage de précisions sur le regard qu’ils portaient sur leurs élèves et sur les indices leur permettant d’en adresser certains en bilan orthophonique. L’analyse des performances des bons élèves à la dictée étalonnée met en évidence qu’il existe bien, pour certains enfants, un écart entre la représentation de la norme que se forgent les enseignants et la norme érigée par le test étalonné. Cette étude a en effet pu déterminer des éléments significatifs d’une pathologie orthographique chez 7 des 30 enfants testés. Par ailleurs, l’analyse des questionnaires confirme que la maîtrise de la langue écrite, donc de l’orthographe, est bien un critère d’identification des bons élèves pour tous les enseignants. D’autre part, leurs réponses nous permettent de souligner qu’ils connaissent et s’accordent sur les domaines d’intervention de l’orthophoniste sans toutefois disposer des mêmes critères pour identifier les bons et les moins bons élèves de leur classe. Ces divergences mettent en évidence que chacun d’eux a ses propres représentations de la normalité et de ses limites, donc sa propre manière de « situer » un enfant par rapport à une norme et ses propres critères pour l’adresse des plus en difficulté vers un orthophoniste.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2015
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [76 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01499251
Contributeur : Bibliothèque Universitaire De Médecine de Nice <>
Soumis le : vendredi 31 mars 2017 - 10:16:37
Dernière modification le : jeudi 3 mai 2018 - 13:15:11
Document(s) archivé(s) le : samedi 1 juillet 2017 - 12:38:22

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01499251, version 1

Citation

Alexandrine Vaylet. Chercher l'erreur : les bons élèves d'après leur enseignant le sont-ils également au regard du test orthophonique ? Étude comparative auprès de 30 enfants et 4 enseignants. Médecine humaine et pathologie. 2015. 〈dumas-01499251〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

64

Téléchargements de fichiers

62