Symptômes médicalement inexpliqués chez le sujet âgé en EHPAD

Résumé : Introduction : en soins primaires, environ un tiers des motifs des consultations n’aboutit pas à la pose d’un diagnostic, malgré un bilan d’exploration pertinent. L’étude des plaintes somatiques persistantes dont aucune pathologie connue ne rend compte -qualifiées de « Symptômes Médicalement Inexpliqués » (« SMI »)- présente des particularités dans le grand âge. L’objectif de cette étude était d’aborder la question des SMI chez le sujet âgé. Elle a été menée auprès d’une population âgée résidant en EHPAD et manifestant des SMI. S’inscrivant dans une approche médico-psychosociale, elle s’est proposée de décrire : a) les caractères des SMI (nombre, contenu, mode d’expression de la plainte) b) le profil médical, psychologique et social des sujets manifestant des SMI. Méthode : étude descriptive, quantitative, transversale, rétrospective menée en Picardie. 17 EHPAD ont été sélectionnées dans les 3 départements par échantillonnage aléatoire. 5 résidents par EHPAD, désignés par le Médecin Coordonnateur ont été inclus dans l’étude. Pour chacun des 85 (17x5) sujets inclus un entretien-dirigé a été mené avec son soignant référent. Le recueil des données a été complété par un entretien avec le sujet âgé lui-même et la consultation de son dossier. Résultats : l’échantillon étudié était composé de 67 femmes et 18 hommes ; l’âge moyen était de 86 ans. Le nombre des SMI exprimés par sujet variait entre 1 et 7. Seulement 9% des sujets exprimaient un seul SMI ; 47% exprimaient 3 ou 4 SMI/sujet. Les sujets présentant >4 SMI/ sujet étaient quasi-exclusivement des femmes. Concernant le contenu des plaintes, il s’agissait très souvent de plaintes mineures, non systématisées, variables. 66% des sujets présentaient au moins un SMI lié à un mauvais état général ou à la dégradation des fonctions physiologiques et à l’état de dépendance. Les SMI du sujet âgé semblaient se différencier de ceux du sujet plus jeune par leur contenu. En revanche, des similitudes étaient constatées quand on comparait uniquement les SMI prépondérants du sujet âgé aux SMI du sujet plus jeune L’expression de la plainte présentait des caractères constants (durée, fréquence, intensité etc.) indépendamment du contenu des SMI. 55% des sujets avaient connu au moins un événement de vie traumatisant en bas âge. Alors que 9% seulement étaient décrits par les soignants-référents comme irritables, agressifs et hostiles ; 45% développaient ces traits sous l’emprise des SMI. 53% des sujets présentaient, par ailleurs, au moins un symptôme médicalement expliqué qu’ils toléraient mal. 62% des sujets avaient des ATCD psychiatriques (dont 74% des troubles dépressifs) avant leur arrivée en EHPAD et 74% un diagnostic psychiatrique actuel. Conclusion : les SMI décrits chez le sujet âgé en EHPAD présentent des caractères proches de ceux des SMI en population générale.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2016
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [41 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01501407
Contributeur : Philippe Barbey <>
Soumis le : mardi 4 avril 2017 - 11:42:57
Dernière modification le : mercredi 23 août 2017 - 16:41:43
Document(s) archivé(s) le : mercredi 5 juillet 2017 - 16:36:16

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01501407, version 1

Collections

Citation

Dionysia Filaditaki. Symptômes médicalement inexpliqués chez le sujet âgé en EHPAD. Médecine humaine et pathologie. 2016. 〈dumas-01501407〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

40

Téléchargements de fichiers

20