L'obésité, et plus particulièrement l’augmentation de la masse grasse sont-elles associées à des taux sériques d’Infliximab bas dans les rhumatismes inflammatoires chroniques ?

Résumé : Contexte : l’obésité est associée à une moins bonne réponse thérapeutique aux anti-TNF dans le traitement des rhumatismes inflammatoires. Cette observation est retrouvée y compris pour l’Infliximab (IFX), bien que la posologie de ce produit soit ajustée au poids du patient. Il a par ailleurs été montré que les taux sériques résiduels d’IFX (infliximabémie) sont inversement corrélés à la réponse thérapeutique. Notre objectif principal était d’évaluer la relation entre obésité, ou plus particulièrement pourcentage de masse grasse, et infliximabémie. Secondairement nous avons évalué les facteurs influencés par la masse grasse puis les facteurs influençant l’infliximabémie. Matériel et méthodes : étude monocentrique observationnelle, transversale, sur une série consécutive de patients traités par infliximab depuis plus de 2 mois. Nous avons relevé l’IMC et le pourcentage de tissu adipeux (%MG) à partir d’une dexamétrie corps entier. L’infliximabémie et la recherche d’anticorps anti-IFX (ATI) ont été réalisés par ELISA à partir des sérums de chaque patient. Résultats : 115 patients sous Infliximab ont été analysés entre aout 2014 et Mars 2015 dont 18 PR et 92 SpA. Ni le %MG ni l’IMC n’étaient associés à des taux sériques bas d’IFX. Le taux médian d’infliximabémie était de 2,79 [1,67 ; 8,43] chez les non obèses vs 3,56 [1,90 ; 9,17] µg/mL chez les obèses (p = 0,41). Nous avons trouvé une corrélation positive entre %MG chez les femmes et BASDAI (r = 0,435 [0,088 ; 0,687] p < 10-2) ainsi qu’avec l’ASDAS-CRP (r = 0,294 [0,023 ; 0,525] p = 0,017). L’infliximabémie était corrélée positivement à la dose d’IFX administrée (r = 0,340 [0,162 ; 0,496] p < 10-3), inversement à l’intervalle de perfusion (r = -0,536 [-0,685 ; -0,387] p < 10-3), principalement au-delà de 6 semaines d’intervalle (10,24 [4,47 ; 14,68] vs 2,67 [1,86 ; 5,05] à 8 semaines et 1,30 [0,75 ; 2,30] µg/mL à 10 semaines et plus) et à la dose de 3 mg/Kg (2,06 [0,99 ; 4,48] vs 3,67 [2,05 ; 10,22] à 5mg/Kg et 5,38 [3,91 ; 19,04]! µg/mL à 7,5mg/Kg)), et inversement corrélé à la présence ATI, (infliximabémie médiane des ATI + 0 [0,006 ; 0,055] vs 3,495 [1,959 ; 9,207] µg/mL, p < 10-4). Conclusion : l’infliximabémie varie en fonction de la dose, de la durée de l’intervalle entre deux perfusions d’IFX, et de la présence d’ATI. La masse grasse n’influe pas négativement sur l’infliximabémie grâce à l’adaptation des doses au poids.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2017
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [116 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01511955
Contributeur : Bu Carreire Université de Bordeaux <>
Soumis le : vendredi 21 avril 2017 - 18:11:39
Dernière modification le : mercredi 23 août 2017 - 16:41:50
Document(s) archivé(s) le : samedi 22 juillet 2017 - 14:52:35

Fichier

 Accès restreint
Fichier visible le : 2019-04-10

Connectez-vous pour demander l'accès au fichier

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01511955, version 1

Collections

Citation

Lorraine Bourdy-Hiebel. L'obésité, et plus particulièrement l’augmentation de la masse grasse sont-elles associées à des taux sériques d’Infliximab bas dans les rhumatismes inflammatoires chroniques ?. Médecine humaine et pathologie. 2017. 〈dumas-01511955〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

23