Prise en charge ambulatoire des chirurgies de l'avant-pied chez l'enfant

Résumé : La chirurgie ambulatoire représente un enjeu majeur du système de santé français et la pédiatrie est un objectif d'avenir dans son développement. Il convient néanmoins de ne pas négliger le confort du patient après sa sortie de l'hôpital. Pour cela, la généralisation de l'association d'une anesthésie loco-régionale (ALR) et d'un adjuvant procurant une analgésie postopératoire prolongée a permis d'élargir les indications chirurgicales éligibles.
Le but de cette étude était de comparer la prise en charge ambulatoire chez les enfants bénéficiant d'une chirurgie de l'avant pied en termes de réhabilitation précoce et d'analgésie, à une prise en charge en hospitalisation traditionnelle.
Matériel et méthodes :
Nous avons mené une étude dans le service de chirurgie pédiatrique du CHU de Rouen comparant 2 séries de cas: un groupe d'enfants, rétrospectif, hospitalisés en service conventionnel entre octobre 2013 et juin 2015 et un groupe d'enfants, prospectif, pris en charge en Hôpital de Jour (HDJ) entre juillet 2015 et décembre 2016 pour des chirurgies d'hallux valgus et d'os scaphoïde surnuméraire. Un protocole spécifique a été mis en place pour les enfants du groupe ambulatoire qui comportait, entre autre, une ALR du nerf sciatique associée à une injection intraveineuse de dexaméthasone. L'EN maximale à JO et J1 était le critère de jugement principal. La consommation d'antalgiques de palier 2, le score de satisfaction des parents et enfants en ambulatoire et les événements indésirables imputables à la chirurgie ou à l'anesthésie (chutes, réveils nocturnes, NVPO) représentaient les critères de jugement secondaires.
Résultats :
30 enfants ont été inclus dans le groupe « hospitalisation » et 28 dans le groupe « ambulatoire ». Les EN maximales à JO (2,4+1-2,8 dans le groupe traditionnel vs 1,6+1-1,9 dans le groupe ambulatoire, p=0,21) et JI (3,1+/-3,1 vs 4,2+1-2,9, p=0,098) étaient comparables. Cependant, la consommation d'antalgiques de palier 2 était supérieure dans le groupe « ambulatoire » dans les 24 premières heures (OR = 0,21 ; 1C95%= [0,05 — 0,73] p=0, 007) et s'égalisait ensuite. Les critères de jugement secondaires ont eu une incidence faible. Dans le groupe ambulatoire, aucun enfant n'a été ré-hospitalisé dans les 30 jours après la chirurgie et le score de satisfaction était très élevé : 9,1/10.
Conclusion :
Sous couvert d'une analgésie loco-régionale efficace et prolongée grâce à l'usage de la dexaméthasone comme adjuvant intraveineux, associée à un travail conjoint entre équipes soignantes et parents pour la prise en charge de la douleur postopératoire, la stratégie ambulatoire n'expose pas les enfants à des douleurs plus importantes ou à davantage de risques de complications immédiates. Cette stratégie paraît donc particulièrement adaptée aux chirurgies de l'avant pied. L'élargissement des indications chirurgicales à d'autres chirurgies du pied représente le prochain objectif de développement de l'ambulatoire en anesthésie pédiatrique.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2017
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [35 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01524427
Contributeur : Bibliothèque Universitaire Rouen <>
Soumis le : jeudi 18 mai 2017 - 10:33:04
Dernière modification le : mardi 5 juin 2018 - 10:14:34

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01524427, version 1

Citation

Lucile Levasseur. Prise en charge ambulatoire des chirurgies de l'avant-pied chez l'enfant. Médecine humaine et pathologie. 2017. 〈dumas-01524427〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

42

Téléchargements de fichiers

142