Les mythes et l’identité profonde des Mixtèques

Résumé : Le Mexique est un pays caractérisé par sa grande diversité culturelle. Les communautés indigènes lui donnent en bonne partie cette caractéristique. Le recensement INELI 2007 a enregistré 85 langues indigènes vivantes dans le territoire national qui regroupent en tout 364 variantes dialectales. 90 % des langues indigènes se concentrent dans le centre et le sud du territoire mexicain. La dynamique de croissance ou de diminution de chacune de ces langues dépend de leur contexte sociodémographique et géographique. Les langues parlées dans les régions à accès limité comme celles des Tarahumaras, Huicholes ou Coras ont présenté une croissance dans le nombre d’usagers. D’autres langues comme le purepecha ou le huasteco ont connu une légère augmentation grâce à des projets de revalorisation et de sauvetage culturel. Les langues parlées dans les régions proches des grandes villes ou de zones métisses ont subi une diminution du nombre d’utilisateurs. En général, la situation de toutes ces langues est fragile. Au niveau national, en 2015, seulement 6,9 millions (ils étaient 7,3 millions en 2000) parmi les 122,3 millions de Mexicains parlaient une langue indigène. Uniquement 15 langues sont majoritaires (c’est-à-dire, parlées par plus de 100.000 habitants), 17 sont d’usage moyen (entre 10.000 et 100.000 usagers), 7 sont utilisées entre 1000 et 10.000 personnes et 21 sont des langues minoritaires (parlées par moins de 1000 indigènes). En 2015, plus de 10 langues indigènes et 60 variantes linguistiques parlées par moins de 200 individus étaient en voie de disparition. La population monolingue (qui parle uniquement une langue indigène) est passée de 52% en 1930 à 16% en 2000. Ce changement représente d’un côté une avancée dans l’intégration des indigènes à la dynamique nationale mais d’un autre côté elle favorise l’abandon de la langue maternelle. La disparition des langues est accompagnée d’une mort culturelle. Des rituels, des croyances et des traditions disparaissent. Les identités, comme les sociétés, évoluent vers la diversification ou vers l’unité, vers la reconnaissance ou vers l’oubli. Les cultures qui n’arrivent pas à s’adapter à leur entourage disparaissent dans un processus d’homogénéisation où des peuples dominants étendent leur influence. Dans un pays pluriculturel comme le Mexique, nous pouvons observer les cultures minoritaires se réduire au fil des années. Dans le cas de la culture mixtèque, l’identité préhispanique devient symbolique car les savoirs et les traditions anciennes tendent à disparaitre avec les générations les plus âgées. Dans ce travail, nous nous intéressons particulièrement à deux éléments de cette société d’origine préhispanique : la mythologie et la constitution identitaire préhispanique des Nivi-Yata (les personnes âgées) (...)
Type de document :
Mémoires
Linguistique. 2017
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [32 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01532222
Contributeur : Ufr Langues Rennes 2 <>
Soumis le : vendredi 2 juin 2017 - 15:46:00
Dernière modification le : vendredi 23 mars 2018 - 13:58:54
Document(s) archivé(s) le : mercredi 13 décembre 2017 - 08:36:37

Licence


Distributed under a Creative Commons Paternité - Pas d'utilisation commerciale - Pas de modification 4.0 International License

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01532222, version 1

Citation

María Angélica García Hernández. Les mythes et l’identité profonde des Mixtèques. Linguistique. 2017. 〈dumas-01532222〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

70

Téléchargements de fichiers

22