Mutliplication du virus de l'hépatite C dans les cultures cellulaires : les cellules AP61 de moustique permettent la fixation, la multiplication et le maintien du virus en culture pendant plusieurs passages

Résumé : L'infection par le virus de l'hépatite C (VHC) est considérée comme un problème de santé publique du fait de sa prévalence (1,2% en France) et de sa gravité puisque dans 70% des cas son évolution est chronique et peut conduire à un hépatocarcinome. La transmission du virus se fait principalement par voie parentérale mais, pour 20% des contaminations, aucun facteur de risque n'est retrouvé. Le diagnostic est soit sérologique (détection des anticorps sériques grâce à des antigènes recombinants ou synthétiques) soit moléculaire (détection de l'ARN viral par RT-PCR, NASBA ou ADN branché). La PCR quantitative et le génotypage des souches ont permis l'amélioration du suivi du traitement. La thérapeutique par l'IFNα est efficace dans 20% des cas et son association à la ribavirine a permis de doubler le nombre de bonnes réponses durables au traitement. De nouvelles stratégies thérapeutiques (IFNα pégylé, IFNα consensus, IFNα lymphoblastoïde, les inhibiteurs de la protéase, les ribozymes) et vaccinales (vaccin à virus génétiquement atténué, vaccin à virus recombinant ou injection d'ADN nu) sont à l'étude, mais un obstacle majeur à l'avancée de ces travaux subsiste : l'absence de systèmes de culture permettant la multiplication efficace du virus. C'est ce constat qui a motivé la partie scientifique de ce travail. Plusieurs travaux ont montré qu'il était possible de maintenir le VHC en culture sur des cellules hépatocytaires et lymphocytaires mais aussi dans les cellules de rein de singe vert d'Afrique (lignée Vero). Dans la plupart de ces systèmes, la multiplication du VHC reste modeste et aucune adaptation du virus n'a été observée. L'objectif du présent travail a été de sélectionner une lignée cellulaire originale permettant une réplication stable du VHC. Les cellules Namalwa (lymphocytes B), PLC/PRF/5 (lignée d'hépatocarcinome), Vero et les cellules AP61 de moustique Aedes pseudoscutellaris (jamais utilisées pour la multiplication du VHC in vitro) ont été incubées avec un plasma VHC positif, lavées 6 fois puis prélevées à différents temps post-infection. Le génome du VHC a été détecté dans les cellules Vero et AP61 par RT-PCR pendant 28 jours et 7 jours pour les autres lignées. Les virus extraits des cellules prélevées aux différents temps ont servi d'inoculum pour des cellules AP61 et Vero saines et 4 passages viraux successifs ont été possibles pour ces deux modèles cellulaires. La détection par cytofluorimétrie des molécules CD81 (récepteur supposé du VHC) à la surface des 2 lignées a révélé que les cellules Vero exprimaient ces molécules de surface alors que les cellules AP61 en étaient dépourvues. Cette étude a donc permis de sélectionner un modèle original de multiplication et d'étude du VHC : les cellules AP61. Ces cellules pourraient disposer d'un récepteur cellulaire pour le VHC spécifique et compatible avec l'évolution phylogénétique du virus au contact des arthropodes (déjà constatée avec d'autres Flaviviridae). Si ce récepteur était fonctionnel in vivo, la transmission du VHC par piqûre de moustiques pourrait être évoquée.
Type de document :
Mémoires
Sciences pharmaceutiques. 1999
Liste complète des métadonnées

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01536704
Contributeur : Jean-Hugues Morneau <>
Soumis le : lundi 12 juin 2017 - 15:54:20
Dernière modification le : mercredi 23 août 2017 - 16:34:01
Document(s) archivé(s) le : jeudi 14 septembre 2017 - 12:23:13

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01536704, version 1

Citation

Raphaële Germi. Mutliplication du virus de l'hépatite C dans les cultures cellulaires : les cellules AP61 de moustique permettent la fixation, la multiplication et le maintien du virus en culture pendant plusieurs passages. Sciences pharmaceutiques. 1999. 〈dumas-01536704〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

58

Téléchargements de fichiers

31