Place de l’IRM dans le diagnostic de la neuropathie optique ischémique antérieure aiguë

Résumé : Objectif :
Des anomalies de signal imputables à la restriction de la diffusion dans la pathologie ischémique du nerf optique sont décrites. Nous proposons une analyse quantitative et qualitative de ces anomalies de signal dans l’évaluation diagnostique et pronostique des pathologies ischémiques du nerf optique et nous comparons ces résultats avec les mesures obtenues dans les pathologies inflammatoires qui représentent le principal diagnostic différentiel ainsi qu’avec une population témoin.
L’objectif de cette étude est d’évaluer les caractéristiques visibles des nerfs optiques au moyen de l’imagerie par résonnance magnétique, en particulier la séquence de diffusion centrée sur les orbites et les valeurs du coefficient apparent de diffusion (ADC) pour permettre le diagnostic positif voire étiologique de la neuropathie optique ischémique antérieure aiguë (NOIAA).
Matériels et Méthodes :
On a réalisé une étude monocentrique évaluant rétrospectivement l’IRM de 12 patients présentant une NOIAA (24 nerfs), de 7 patients présentant une neuropathie optique inflammatoire (14 nerfs) et de 16 volontaires sains (32 nerfs) formant le groupe témoin. Les examens ont été réalisés sur une IRM 3 Tesla. Les caractéristiques suivantes des nerfs optiques ont été évaluées par deux Neuroradiologues (un junior et un senior) à l’aveugle : signal en Diffusion, signal en T2, prise de contraste du nerf ou de sa gaine méningée, valeur de l’ADC, et rehaussement des parois des artères temporales. L’étude de la sensibilité et de la spécificité de la diffusion, du T2 et du T1 gadolinium, a été réalisée pour chaque groupe à l’aide d’intervalles de confiance à 95% de Clopper-Pearson. Une étude descriptive des valeurs de b1000 et d’ADC a été réalisée en mesurant les moyennes, médianes et écarts-types des valeurs obtenues par les deux lecteurs. La concordance inter-observateur a été mesurée grâce au modèle de régression de Deming et au calcul du coefficient de corrélation intra-classe (ICC).
Résultats :
La sensibilité et la spécificité de la diffusion focalisée dans le diagnostic de NOIAA étaient respectivement de 83% et 94% alors que la sensibilité du T2 était nulle et celle du T1 gadolinium à 50%. Dans le diagnostic de NORB la sensibilité et la spécificité de la diffusion étaient respectivement de 86% et 100% alors que le T1 gadolinium avait une sensibilité de 43% et le T2 de 86%. L’étude a mis en évidence que la moyenne des valeurs d’ADC de la papille dans la NOIAA était de 1,36.10-3 mm2/s alors qu’elle était de 1,62.10-3 mm2/s dans les NORB et de 1,55.10-3 mm2/s chez les sujets sains. Il n’y avait pas de différences entre les moyennes d’ADC des trois tiers postérieurs du nerf optique mesurées respectivement à 1,05 ; 1,04 et 1,04.10-3 mm2/s chez les NOIAA, les NORB et les sujets sains.
Conclusion :
L’hypersignal diffusion de la papille du nerf optique associé à une restriction de l’ADC pourrait donc servir de marqueur spécifique de neuropathie ischémique antérieure aigüe. La séquence de diffusion pourrait permettre d’apporter une modalité quantitative dans l’évaluation des dommages irréversibles du nerf optique et donc dans le pronostic visuel.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2017
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [87 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01547065
Contributeur : Bibliothèque Universitaire Rouen <>
Soumis le : lundi 26 juin 2017 - 12:32:51
Dernière modification le : vendredi 13 avril 2018 - 16:44:03
Document(s) archivé(s) le : mercredi 17 janvier 2018 - 18:06:57

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01547065, version 1

Citation

Agathe Cornillot. Place de l’IRM dans le diagnostic de la neuropathie optique ischémique antérieure aiguë. Médecine humaine et pathologie. 2017. 〈dumas-01547065〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

95

Téléchargements de fichiers

133