Évaluation optoélectronique de l'équilibre sagittal pelvi‐rachidien : modèle non invasif de déséquilibre antérieur

Résumé : La bipédie est une des caractéristiques physiques d’Homo sapiens qui le différencie de l’espèce animale. Toumaï, dont le crâne a été découvert dans le désert du Djourab, au Tchad en 2001 va définir une nouvelle espèce, nommée Sahelanthropus tchadensis. Ce fossile âgé de 7 millions d’années est considéré par les paléoanthropologues comme l’une des premières espèces de la lignée humaine [1‐2]. La bipédie est une évolution récente, qui repose sur de nombreuses adaptations morphologiques, et sur une mécanique rachidienne spécifique. Ainsi la migration du trou occipital, l’apparition d’un rachis à quatre courbures, le raccourcissement et l’élargissement du bassin et la perte de la capacité préhensile du pied ont permis à l’Homme d’acquérir une posture érigée. La marche bipède s'accompagne également de l'apparition d'une rotation pelvienne autour de l'axe vertical, qui permet d'accroître la longueur du pas au prix d'une accentuation modeste de la dépense énergétique, mais avec peut‐être des conséquences physiopathologiques notamment en matière de coxarthrose.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2017
Liste complète des métadonnées

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01551841
Contributeur : Bibliothèque Universitaire Rouen <>
Soumis le : vendredi 30 juin 2017 - 16:14:24
Dernière modification le : mardi 5 juin 2018 - 10:14:34
Document(s) archivé(s) le : lundi 22 janvier 2018 - 20:09:44

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01551841, version 1

Citation

Charles Latrobe. Évaluation optoélectronique de l'équilibre sagittal pelvi‐rachidien : modèle non invasif de déséquilibre antérieur. Médecine humaine et pathologie. 2017. 〈dumas-01551841〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

88

Téléchargements de fichiers

59