Le syndrome d’épuisement professionnel chez les sages-femmes des Côtes d’Armor, du Finistère et du Morbihan. Étude quantitative, prospective, menée entre le 1er août 2016 et le 30 novembre 2016 auprès des sages-femmes des Côtes d’Armor, du Morbihan et du Finistère

Résumé : Objectif. Déterminer la prévalence du syndrome d’épuisement professionnel chez les sages-femmes des Côtes d’Armor, du Finistère et du Morbihan, qu’elles exercent en établissement de santé, en cabinet libéral ou dans la fonction publique territoriale. Dans un second temps, rechercher les principaux facteurs de risque. Matériel et méthode. Nous avons mené une étude quantitative, prospective à l’aide d’un questionnaire en ligne se composant de questions générales (situation personnelle, vécu des études, mode et rythme de travail…), de l’échelle de mesure du burnout « Maslach Burnout Inventory », internationalement reconnue, et de questions ouvertes (ressentis personnels, ajouts d’éléments déterminants éventuels…). Notre étude s’est étendue sur 4 mois, d’août à novembre 2016. Nous avons ensuite réalisé des tests de comparaisons statistiques afin de mesurer l’impact de différents facteurs sur les scores de mesure du burnout, ainsi que des analyses textuelles des réponses aux questions ouvertes. Résultats. 28% des sages-femmes interrogées ont au moins un score du Maslach Burn Out Inventory élevé. Les facteurs impactant significativement sur ces scores sont : la charge de travail estimée, le fait de travailler en établissement de santé et les relations avec les médecins ou la hiérarchie. Majoritairement, les sages-femmes exerçant en établissement de santé évoquent le manque de temps à accorder aux patientes, du fait d’une charge de travail annexe non négligeable. Elles sont également confrontées aux difficultés d’organisation entre leur vie professionnelle et leur vie personnelle. Plus généralement, les sages-femmes interrogées regrettent le manque de reconnaissance de leur travail par la hiérarchie, les médecins ou le grand public. Enfin, il semblerait que des temps d’échange, de partage autour des difficultés rencontrées au travail seraient bénéfiques pour ces professionnelles. Conclusion. Tous les modes d’exercices étudiés sont impactés par le syndrome d’épuisement professionnel, même si les sages-femmes hospitalières y sont plus exposées. La connaissance des effets du travail sur la santé souffre de ne pas disposer d'entité nosographique propre, le Syndrome d’Epuisement Professionnel souvent utilisé ne permet pas, en l'état, de répondre à ce besoin de connaissance et donc de reconnaissance. En revanche des facteurs de risque, des facteurs protecteurs et des leviers d'actions sont connus et sont confirmés par notre travail.
Type de document :
Mémoires
Sciences du Vivant [q-bio]. 2017
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [17 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01559323
Contributeur : Ubo Santé <>
Soumis le : lundi 10 juillet 2017 - 15:56:44
Dernière modification le : vendredi 15 septembre 2017 - 01:10:33
Document(s) archivé(s) le : mercredi 24 janvier 2018 - 16:06:15

Licence


Distributed under a Creative Commons Paternité - Pas d'utilisation commerciale - Pas de modification 4.0 International License

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01559323, version 1

Collections

Citation

Noluenn Robin. Le syndrome d’épuisement professionnel chez les sages-femmes des Côtes d’Armor, du Finistère et du Morbihan. Étude quantitative, prospective, menée entre le 1er août 2016 et le 30 novembre 2016 auprès des sages-femmes des Côtes d’Armor, du Morbihan et du Finistère. Sciences du Vivant [q-bio]. 2017. 〈dumas-01559323〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

564

Téléchargements de fichiers

1186