Introduction ou réintroduction de médicaments potentiellement inappropriés après une prise en charge en gériatrie : fréquence et conséquence, à propos de 100 patients

Résumé : Introduction : la prescription de médicaments potentiellement inappropriés (MPI) chez les personnes âgées est très fréquente, ce qui augmente la morbimortalité, et entraine un surcroit d’hospitalisations souvent évitables. Cette étude cherche à déterminer si la suppression de ces MPI lors d’une hospitalisation en Court Séjour Gériatrique (CSG) est durable dans le temps ou s’il y a une réintroduction de ces MPI après leur arrêt. Matériel et méthodes : étude monocentrique observationnelle prospective, incluant 100 patients, âgés de 80 ans ou plus, hospitalisés dans le service de CSG de Périgueux, et auparavant hospitalisés dans le même service au cours de l’année précédente. Les critères STOPP/START ont été utilisés pour définir les MPI. L’objectif principal était de déterminer le taux d’introduction/ réintroduction de médicaments STOPP après la sortie des patients du CSG. Les objectifs secondaires étaient l’identification des facteurs ayant pu favoriser l’introduction/ réintroduction de ces traitements, les classes médicamenteuses préférentiellement introduits/réintroduits, déterminer le nombre de patients réhospitalisés pour iatrogénie potentielle et l’identification des facteurs associés à une réhospitalisation pour iatrogénie potentielle. Résultats : il existe bien une introduction/ réintroduction des médicaments STOPP après leur arrêt au cours d’une hospitalisation en CSG (p = 0.001). Cela concerne seulement les Benzodiazépines (p=0.003) et les Neuroleptiques (p=0.009). Les MPI sont plus réintroduits/ introduits, si le patient présente un syndrome anxiodépressif (p<0.005, IC95% [1.52324.881]). Le nombre total de médicaments STOPP (p=0.008) et le fait d’avoir réintroduit ou introduit un médicament STOPP entre les deux hospitalisations (p<0.001), sont les deux facteurs qui augmentent de façon statistiquement significative la probabilité de réhospitalisation due à une cause iatrogénique. Discussion : cette étude confirme bien les données de la littérature, en montrant que les personnes âgées sont polymédiquées, consomment trop de MPI, et qu’un nombre important d’hospitalisations sont dues à des effets indésirables médicamenteux. Cette étude apporte en plus, le fait qu’après un arrêt de ces MPI au cours d’une hospitalisation, ces médicaments sont introduits/réintroduits dans l’année suivante (les Benzodiazépines et Neuroleptiques), et que ces MPI sont un facteur majeur d’hospitalisation pour iatrogénie.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2017
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [92 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01580349
Contributeur : Bu Carreire Université de Bordeaux <>
Soumis le : vendredi 1 septembre 2017 - 12:59:40
Dernière modification le : samedi 11 novembre 2017 - 01:14:36
Document(s) archivé(s) le : samedi 2 décembre 2017 - 13:30:28

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01580349, version 1

Collections

Citation

Laetitia Legros-Lapebie. Introduction ou réintroduction de médicaments potentiellement inappropriés après une prise en charge en gériatrie : fréquence et conséquence, à propos de 100 patients. Médecine humaine et pathologie. 2017. 〈dumas-01580349〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

42

Téléchargements de fichiers

4