Impact de l’antibiothérapie intraveineuse sur le microbiote intestinal chez l’enfant atteint de mucoviscidose

Résumé : Le microbiote intestinal est aujourd’hui considéré comme un organe à part entière. Une perturbation de son équilibre – appelée dysbiose – est impliquée dans la physiopathologie de certaines maladies, et notamment dans l’évolution de la mucoviscidose, première maladie génétique pédiatrique. Parmi les organes atteints dans cette maladie, l’intestin est le siège d’une inflammation intestinale chronique de bas grade et de perturbations du microbiote. L’étude de la flore intestinale dans la mucoviscidose met en évidence une dysbiose caractérisée notamment par une diminution de la diversité et une augmentation de l’abondance bactérienne. Il a été montré que les anomalies du microbiote intestinal apparaissent progressivement au cours des premiers mois de vie chez l’enfant atteint de mucoviscidose. Ces perturbations pourraient être influencées par différents facteurs environnementaux, notamment le recours à des antibiothérapies répétées, prescrites pour exacerbations pulmonaires. L’objectif principal de ce travail était d’étudier l’évolution du microbiote intestinal après une cure d’antibiothérapie intraveineuse chez l’enfant atteint de mucoviscidose. Vingt et un patients, atteints de mucoviscidose et suivis au Centre de Ressources et de Compétences de la Mucoviscidose (CRCM) de l’Hôpital des Enfants de Bordeaux, ont été inclus et suivis pendant 3 mois. Sept d’entre eux ont reçu une cure ATB IV pendant 15 jours et 14 patients étaient dans le groupe contrôle. Une étude du microbiote intestinal par séquençage haut débit et de l’inflammation digestive par le dosage de la calprotectine fécale a été effectuée et répétée durant le suivi des participants. L’impact des cures d’ATB IV sur le microbiote intestinal semblait être modéré. Sa composition variait après une cure d’ATB IV, puisque 60,7 % des bactéries présentes initialement étaient retrouvées 3 mois après la cure chez un même patient. Pour autant nous n’avons pas pu mettre en évidence de nœud taxonomique sous ou surreprésenté en post antibiothérapie. Une inflammation intestinale était présente chez 71% des patients et semblait être corrélée à une surreprésentation de Streptococcus (ratio = 2,50, p-value = 0,042) chez les patients ayant une calprotectine fécale supérieure à 250 µg/g. Ces résultats peuvent encourager la mise en place d’une étude interventionnelle évaluant l’efficacité de cures courtes d’antibiothérapie orale pour traiter l’inflammation intestinale. Enfin, la présence de diarrhée semblait être inversement corrélée à la présence d’inflammation intestinale, suggérant que ce symptôme puisse être un mécanisme régulant la pullulation bactérienne, afin de prévenir l’inflammation intestinale. Cette étude préliminaire retrouve un impact limité de l’antibiothérapie intraveineuse sur le microbiote intestinal mais semble conforter le lien entre la dysbiose et l’inflammation intestinale.
Type de document :
Mémoires
Human health and pathology. 2016
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [69 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01583360
Contributeur : Bu Carreire Université de Bordeaux <>
Soumis le : jeudi 7 septembre 2017 - 11:41:11
Dernière modification le : vendredi 27 octobre 2017 - 01:15:46

Fichier

 Accès restreint
Fichier visible le : 2018-11-04

Connectez-vous pour demander l'accès au fichier

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01583360, version 1

Collections

Citation

Raphaël Enaud. Impact de l’antibiothérapie intraveineuse sur le microbiote intestinal chez l’enfant atteint de mucoviscidose. Human health and pathology. 2016. 〈dumas-01583360〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

84